Le travail, les migrations et les conflits en France : représentations et attitudes sociales sous la Monarchie de Juillet et la Seconde République

par Pierre-Jacques Derainne

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Serge Wolikow.

Soutenue en 1999

à Dijon .


  • Résumé

    Nous avons fait l'histoire d'un type de conflits du travail en France, les conflits entre ouvriers liés à la perception négative d'une concurrence sur le marché du travail, notamment la concurrence des migrants. Dans ce cadre, nous avons analysé durant la période de la monarchie de Juillet et de la Seconde République les modes de construction sociale de l'identité et de l'extranéité, des discours de légitimation et d'illégitimation relatifs à la place sur le marché du travail, ainsi que les modes de projection du travail dans l'espace. En dehors du contexte du conflit proprement dit, nous nous sommes également intéressés aux discours producteurs d'identités collectives - le "corps", la "corporation", la "classe", le "peuple", la "nationalité", "l'humanité", le "cosmopolitisme" - émanant d'ouvriers ou d'individus s'adressant aux ouvriers, notamment les intellectuels républicains puis socialistes. En remontant à l'Ancien Régime, nous avons montré en quoi l'attitude de protection exclusive revêt un caractère structurant dans l'histoire du mouvement ouvrier. Nous avons mis en évidence les mutations culturelles qui s'effectuent dans le monde du travail après 1830, et qui se traduisent notamment par l'affaiblissement des référents identitaires traditionnels que sont le "corps" et le territoire local, au profit de la "corporation" nouvelle, ou de la "classe" qui se déploient eux dans l'espace national. Alors que se diffuse dans la société une hostilité aux ouvriers non nationaux et un sentiment de protection du travail national, l'idéologie républicaine et socialiste après 1830, oscille entre, d'un côté, le nationalisme universaliste et l'humanitarisme, et, de l'autre, l'enracinement national prolétarien, discours de la sueur et du sang qui associe le peuple, le travail, la nationalité et le sol, valorise la fixité et présente l'ouvrier, comme un producteur soldat attache au sol de la patrie.

  • Titre traduit

    Work, migrations and conflicts in France : social representatons and attitudes in France under the July monarchy and the Second Republic


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (XXIV-409 f., annexes non paginées [10 f.])
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie 580 réf. Notes bibliographiques

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T144*
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1999 DER (1-2)
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : T 879

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2858
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.