Etude genetique de la population corse et sa relation avec les populations euro-mediterraneennes

par MARC MARIE MEMMI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Giuseppe Vona.

Soutenue en 1999

à Corte .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etude phylogenetique de la population corse, initiee en 1993, s'est concretisee par l'acquisition de donnees issues du polymorphisme de trois marqueurs agglutinogenes (rh, kell et abo), neuf proteines erythrocytaires (acp, ada, ak, dia, esd, glo, 6pgd, pgm1 et sod) et sept proteines plasmatiques (gc, c3, plg, tf, orm, hp et pi). Les 54 alleles totaux ont ete explores sur des prelevements sanguins provenant d'individus d'origine corse et representatifs de quatre microregions definies sur des criteres historiques et geographiques : nord est (n = 210), nord ouest (n = 151), centre (n = 355) et sud ouest (n = 274). Les resultats obtenus sont analyses par l'intermediaire de methodes statistiques et visualises par des dendrogrammes, qui refletent les relations genetiques, d'une part, dans un contexte intra-regional, et d'autre part, entre la population corse dans son ensemble et certaines populations, principalement mediterraneennes. Ces resultats permettent de conclure a l'existence d'une homogeneite genetique entre les populations des differentes microregions insulaires ainsi qu'une derive genetique prononcee due a l'isolement. L'approche inter-regionale, montre que les quatre microregions corses sont tres proches genetiquement des microregions sardes. Ce rapprochement, confirme d'un point de vue archeologique et linguistique, est probablement du a une origine commune de peuplement. Cet ensemble humain corso sarde, se trouve genetiquement associe aux populations du pays basque et de l'afrique du nord, alors que les populations connues pour leur impact culturel, linguistique et historique (grece, latium, toscane, ligurie, france) n'ont genere qu'un flux genique modere. Il semblerait donc que les traces de ce passe lointain soient encore decelables de nos jours, et ceci malgre les nombreuses invasions et occupations qui ont jalonne l'histoire de l'ile depuis des siecles. Appliquee a nos donnees, une methode de datation statistique, montre que l'origine du peuplement du bloc corso-sarde remonterait au paleolithique, en opposition donc avec les connaissances archeologiques actuelles, qui attestent une presence humaine au preneolithique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 183 p.
  • Annexes : 228 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Corse (Corte, Haute-Corse). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH,MEM,42371
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.