La souffrance au travail entre servitude et soumission

par Joseph Torrente

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Christophe Dejours.

Soutenue en 1999

à Paris, CNAM .


  • Résumé

    Notre analyse vise l'elucidation des processus psychologiques en jeu chez un sujet lorsqu'il realise une action contraire a ses valeurs morales dans le cadre de son travail. Nous avons utilise les methodes de la psychologie clinique du travail pour analyser, ;dans un premier temps, des situations de travail "ordinaires" actuelles. Nous avons en un second temps, elargi notre recherche du cote de l'extreme, vers les temps de la terreur nazie. Au-dela des differences, la psychologie clinique du travail nous permet de preciser certains processus a l'oeuvre dans l'action immorale. Tout d'abord, les sujets ne sont pas asservis de maniere totale, ils participent activement a l'action immorale. Meme si les actions analysees se deroulent dans le cadre de relations de travail hierarchisees sous-tendues par des relations de pouvoir, ils n'agissent pas comme des automates mais mobilisent au contraire leurs capacites : cognitives et leur subjectivite pour parvenir a realiser leur tache. Il nous a alors semble necessaire de differencier l'etat de servitude, qui serait purement passif, de l'etat de soumission. La soumission ainsi concue ne se resume pas a un assujettissement passif du sujet a l'organisation. Ensuite, la realisation de l'action immorale entraine un conflit entre morale et pratique, source d'une souffrance que nous avons qualifiee de moralepratique. Enfin, nos cas cliniques nous ont revele la possibilite de controler cette souffrance par la mise en place de defenses collectives qui consolident et renforcent la soumission, de sorte qu'elles trouvent place parmi les causes de la soumission. La soumission defensive permet de perpetrer l'action immorale et de rester normal.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 394 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 416 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque Centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH A 355
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.