Biogeographie evolutive des salamandres noires dans l'arc alpin

par ALEXANDRE RIBERON

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Robert Guyetant.

Soutenue en 1999

à Chambéry .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail de these est une contribution a la biologie evolutive des salamandres terrestres d'europe. L'analyse d'une large portion du gene mitochondrial du cytochrome b a permis d'obtenir une phylogenie robuste des especes du genre salamandra mettant en evidence 2 clades : l'un regroupant salamandra lanzai, s. Atra et s. Corsica dont le statut taxonomique etait jusqu'a present incertain ; l'autre clade est forme par les differentes sous-especes continentales de s. Salamandra. La diversification du genre s'est deroulee en 2 temps : mise en place des 4 principales especes il y a environ 10 millions d'annees puis des subspeciations liees aux evenements climatiques du pleistocene. La phylogeographie comparee de s. Atra (22 individus provenant de 13 populations) et s. Lanzai (44 individus provenant de 12 populations) a egalement ete realisee a partir de l'analyse de sequences du cytochrome b. Aucune variation n'a pu etre detecter chez s. Lanzai, ce qui suggere que cette espece a subi de forts goulots d'etranglement dans un recent passe. Par contre, s. Atra presente une nette structuration surtout au niveau des populations en marge de son aire de repartition. L'etude de la dispersion chez l'espece s. Lanzai par des methodes directes (suivi de 554 salamandres par capture-marquage-recapture et 13 par radiotelemetrie) n'a pas permis de mettre en evidence un flux de genes contemporain entre les populations. En outre, les deplacements des individus au sein des populations sont tres reduits (10 m) et les males comme les femelles montrent une forte fidelite inter et intra-annuelle a un site donne. L'emploi de marqueurs moleculaires aflp indique chez s. Lanzai une absence de diversite genetique au sein des populations et une faible variabilite genetique entre les populations (0,5%) alors que chez s. Atra la variabilite genetique intra-population est d'environ 2% et depasse 11% entre les populations. La faible variabilite genetique est a opposer a la forte plasticite de certains traits d'histoire de vie, observee au sein de s. Lanzai. Ainsi, une forte plasticite phenotypique pourrait pallier la faiblesse de la diversite genetique et donc participer grandement au maintien de l'espece.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 114 p.
  • Annexes : 515 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Le Bourget-du-Lac, Savoie). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.