Démocratisation et démilitarisation du pouvoir : étude comparative à partir du Burkina Faso, Congo, Ghana, Mali et Togo

par Céline Thiriot

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jean-François Médard.

Soutenue en 1999

à Bordeaux 4 , en partenariat avec Institut d'études politiques de Bordeaux (Pessac, Gironde) (autre partenaire) et de Centre d'étude d'Afrique noire (Pessac, Gironde) (autre partenaire) .


  • Résumé

    La democratisation dans les regimes issus de coup d'etat militaire pose le probleme de la place et du role de l'armee dans le processus de transition de regime. L'etude comparative de cinq pays d'afrique noire permet de mieux cerner les facteurs qui entrent en ligne de compte pour expliquer les positions diverses des militaires et les issues toutes aussi diverses de la democratisation dans ces pays. Dans le regime issu d'un coup d'etat militaire, tel qu'il se presente a la veille de la transition, regime autoritaire de coalition militaro-civile, la base militaire etait variable, en fonction des facteurs de mobilisation ou de controle qui etaient utilises. La crise etait en germe dans la construction et le developpement meme de ces regimes, a cause des dissensions entre militaires restes dans l'institution (militaires-professionnels) et militaires assumant des fonctions politiques (militaires-politiques). La crise se materialise avec la transition democratique, reclamee par une opposition interne comme externe au regime, ou concedee par avance, dans une logique d'autolegitimation. Les diverses etapes de la liberalisation et ensuite de la transition proprement dite montrent la aussi la variete des roles et positions de l'armee en tant qu'institution mais aussi de certaines personnalites militaires. L'armee a controle la transition comme au burkina faso et au ghana, elle l'a arrachee et a participe a sa gestion comme au mali, elle l'a concedee ou laissee echapper, comme au congo et au togo, pour mieux la remettre sous tutelle militaire ensuite. Apres la periode officielle de transition, l'etat post-militaire presente des situations variees, ou l'armee est parvenue plus ou moins ouvertement a conserver une influence, forte de sa capacite d'intervention. Les conditions de ce que doit etre la consolidation democratique, etape idealement suivant la transition, sont importantes, et plus encore celles de la neutralisation politique de l'institution militaire.

  • Titre traduit

    Democratisation and demilitarisation of power : comparative study between Burkina Faso, Congo, Ghana, Mali and Togo


  • Résumé

    Democratisation in regimes set up through a military coup d'etat raises the problem of the position and role of the army in the regime transition process. The comparative study of five black african countries enables to define better the factors which are to be taken in consideration in order to explain both the diverse positions encountered within the army and the diverse consequences of democratisation in these countries. In the regime set up through a military coup d'etat, as it appears at the dawn of the transition, an authoritarian military-civil coalition regime, the military basis was variable depending on the mobilisation or control factors which were used. The crisis was already beginning to take root in the construction and the very development of these regimes, because of the dissension existing between the military who had stayed in the institution and the military taking on political functions. The crisis materialises with the democratic transition, either claimed by both an internal and external opposition to the regime, or granted in advance, as part of a self-legitimisation logic. The various stages of liberalisation and then of the actual transition show once more not only the variety of the roles and the positions of the army as an institution, but also of certain military personalities. The army either controlled the transition, as in burkina faso and ghana, or forced it and participated in its management, as in mali, or conceded it as in congo and togo, to bring it under military control later on. After the official transition period, the post military state shows varied situations, in which the army managed, more or less openly, to maintain an influence, thanks to its intervention capacity. A reflection is necessary upon the conditions of what the democratic consolidation must be, as a step ideally following the transition, and even more upon the political neutralisation of the military institution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1035 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : BTT 550002%99-18

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1761-1999-28
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.