Socio-écologie du fer dans l'antiquité

par Arno Ylatalo

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Pierre Debord.

Soutenue en 1999

à Bordeaux 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Il a ete suppose que les transformations techniques et demographiques amenent des changements sociaux et politiques qui amenent des modifications culturelles. Ceci a partir du cas particulier de l'etude du fer. Il est suppose qu'il existe un rapport entre les ressources disponibles d'une societe (qu'elle obtient par production locale et echanges exterieurs) et la population de celleci. Le rapport ressources / population entraine l'existence ou non d'inegalites sociales et les tendances guerrieres (l'usage de la force, en fait). L'existence des inegalites sociales entraine des inegalites culturelles. Le but de la science tout comme de la religion est de justifier l'ordre social. Le declin des societes est marque par la destruction du milieu naturel, le blocage des techniques, le developpement des inegalites, la mise en place de castes. Seule l'action sur les techniques et la demographie peut assurer une paix relative et la rreduction des inegalites. Les rationalisations, sous-produits des conditions materielles des humains, n'ont qu'un interet secondaire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 6 vol. (979, 357, 38 f.)
  • Notes : Publication non autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 775-847 (vol. 3), f. 2-38 (vol. 6)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.