Étude sur la circularité : calcul et analyse de l'itération dans le récit "Nedjma" deKateb Yacine

par Fatima Zohra Lalaoui

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Claude Condé et de François Migeot.

Soutenue en 1999

à Besançon .


  • Résumé

    Ce présent travail est dévolu à l'exploration de l'analyse textuelle, qui aujourd'hui encore, pose le problème de l'interprétation du texte littéraire. Car le "sens" n'est pas une donnée stable, fixe mais au contraire sans cesse construit et reconstruit par les différents acteurs de la communication. Il est plus que jamais pluriel et sa recherche infiniment inachevée. Le texte littéraire se trouve prisonnier des méthodes qui, en recourant à des paramètres extérieurs, proposent des interprétations qui, au lieu de donner sens au texte, le déforme parfois dangereusement. La "solution" serait de situer le texte au centre d'une approche sémiotique. Notre présente étude se fonde sur une sémiotique de l'écart, de la variance intertextuelle qui considère le texte en tant que machine répétitive et différentielle. Le texte ne cesse de se répéter, mais il ne cesse parallèlement de faire varier ses structures itératives, et cette variation même fait sens. Des lors, on recherchera les évolutions, les variations entre les différents éléments itératifs : on y lira du sens. L'ambition d'une critique scientifique des textes exige de revenir à la clôture textuelle comme à un modèle opératoire qui seul permet de rendre compte de la polyvalence. Cependant, il ne s'agit que de clôture expérimentale, modélisable ou l'outil informatique sert de laboratoire. Les procédés informatisés dynamisent la recherche statistique et repoussent ses limites ; on pratiquera ainsi à une saisie d'ensemble (la q-occurrence des unités de tous niveaux d'analyse linguistique, à commencer par les vocables). C'est alors que le traitement de l'itérativité dans Nedjma révèle bien des structures et des constructions littéraires qui rendent compte d'un emploi particulier de la répétition sous toutes ses formes : lexicales temporelles et énonciatives. La présence de la répétition est massive dans le récit de Nedjma ; elle se manifeste comme un élément important dans la construction du sens. Et s'il s'agit de polyphonie dans Nedjma, elle est essentiellement due à la tension déclenchée par la répétition et ses différents effets de variations. L'examen des structures itératives permet une approche minutieuse de la circularité à travers son double mouvement narratif et énonciatif. La répartition des itérations détermine alors, comment du sens s'organise dans le récit.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1274 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.363-370. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1999.1009.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1999.1009.2
  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : LET.BESA.1999.1009.3

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999BESA1009
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.