L'evolution de la presence d'images de sang dans les films de vampires revelatrice des changements sociaux facteurs d'anomie ou comment comprendre notre societe a travers ses oeuvres d'art.

par Nathalie Bilger

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de BRUNO PEQUIGNOT.

Soutenue en 1999

à Besançon .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La societe du xxeme siecle, grace a un outil de recherche comme le cinema fantastique (en particulier les films de vampires de 1922 a nos jours), nous montre une evolution radicale dans differents champs d'analyse : la violence, la sexualite et la religion. A partir de mythes, ancres au plus profond de l'imaginaire collectif, le vampire principalement, le sang secondairement, nous constatons une anomie installee dans la societe. Le concept de durkheim s'applique a l'individu ainsi qu'a la collectivite "prisonniers" tous deux dans une societe du regard. C'est l'image et les medias qui s'y rapportent qui detiennent le pouvoir et ceux-ci peuvent s'averer dangereux en proposant une information-spectacle qui entraine une confusion realite/fiction. C'est le resultat d'une societe technologique dans laquelle les progres sont constants. Cela amene l'individu dans une societe exempte de tous reperes, dans laquelle le lien social perd son sens, dans laquelle l'ethique est remise en cause. A ce stade, on s'interroge sur le role du cinema fantastique : l'art par ses oeuvres peut-il avoir un effet de catharsis ou au contraire un effet devastateur dans les esprits ? il est ineluctable que la societe a besoin de mythes pour survivre et vaincre ses peurs existentielles. Le mythe du vampire, parce qu'il reste mythe envers et contre tout, peut participer a cette victoire sur la condition humaine. La realite virtuelle peut elle aussi aider l'individu, mais la, le phenomene naissant peut nous laisser dubitatifs quant a ses vertus.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 502 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 155 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.