Afipia felis : mécanismes de survie intracellulaire et interactions avec les antibiotiques

par Hélène Le Pocher

Thèse de doctorat en Médecine. Maladies transmissibles et pathologies tropicales

Sous la direction de Didier Raoult.

Soutenue en 1999

à Aix-Marseille 2 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Afipia felis est une nouvelle espèce bactérienne qui a été proposée en 1991 comme l'agent présumé de la maladie des griffes du chat. En 1993, une étude a montré qu' Afipia felis survit dans la cellule en inhibant la fusion phagolysosomiale (FPL) par sécrétion d'un facteur protéique. Depuis, son rôle dans la maladie des griffes du chat a été remis en cause au profit d'une autre bactérie Bartonella henselae. Néanmoins rien ne permet actuellement d'exclure le rôle d'Afipia felis dans· certaines formes de maladie des griffes du chat. Nous avons étudié la sensibilité aux antibiotiques de cette bactérie ainsi que son mécanisme de survie intracellulaire. Afipia felis est une bactérie très résistante aux antibiotiques in vitro. Sur modèle cellulaire, les aminosides sont les seuls antibiotiques bactéricides sur Afipia felis : l'amikacine agit dès 4 h d’incubation en intracellulaire avant même que la FPL ne soit rétablie dans la cellule. La FPL n'est rétablie qu'après 40 h d'incubation en présence d'amikacine: la mort intracellulaire d' Afipia felis résulte alors de l'effet conjugué de l'antibiotique et de la cellule. Dans les cellules co-infectées par Afipia felis et des billes de latex, l'inhibition de la FPL s'étend aux vacuoles renfermant des billes de latex : Afipia felis sécrète donc un facteur diffusible capable de bloquer la fusion de toute vacuole. Pour caractériser biochimiquement ce(s) facteur(s) intervenant dans l'inhibition de la FPL, nous avons dû mettre au point successivement deux essais biologiques pour tester rapidement l'effet sur la FPL de nombreuses fractions d'Afipia felis. Avec notre second test nous avons montré que le(s) facteur(s) produit(s) par Afipia felis sont présents dans la fraction cytosolique-périplasmique (FCP) de la bactérie et que ce sont des molécules de moins de 30 KD. Nous envisageons maintenant de fractionner par chromatographie d'exclusion et échangeuse d'ions des molécules de moins de 30 KD de la FCP d' Afipia felis : le but est d'isoler une fraction active sur la FPL ne contenant qu'un nombre limité de protéines qu'il sera possible de microséquencer après une électrophorèse en gel SDS-PAGE suivi d'un transfert. La remontée jusqu'au gène peut être alors envisagée.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (102 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 90-102

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Timone). Service commun de la documentation. Bibliothèque de médecine - odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 3467
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : BIUS Médecine Aix-Marseille 1999 0660

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999AIX20660
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.