Contrôle des voies métaboliques fongiques impliquées dans la biotransformation de la fraction féruloylée de coproduits agricoles en vanilline naturelle

par Christelle Stentelaire

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire, biologie structurale et microbiologie

Sous la direction de Marcel Asther.

Soutenue en 1999

à Aix-Marseille 1 , en partenariat avec Université de Provence. Section sciences (autre partenaire) .


  • Résumé

    La vanilline est la molécule aromatisante la plus utilisée dans le monde. En raison du prix élevé de l'arôme naturel de vanille, l'essentiel du marché est couvert par de la vanilline de synthèse. L'utilisation de procédés biotechnologiques apparaît comme une alternative séduisante pour la production de vanilline naturelle. C'est dans ce contexte que l'INRA a développé un procédé associant deux champignons aux propriétés de bioconversion complémentaires : un Ascomycète, "Aspergillus niger" transformant l'acide férulique en acide vanillique et un Basidiomycète, "Pycnoporus cinnabarinus" ou "Phanerochaete chrysosporium" réalisant la bioconverion de l'acide vanillique en vanilline. Dans ce cadre, les travaux présentés concernent l'étude de la biotransformation de la fraction féruloylée de coproduits agricoles (sons de céréales et pulpe de betterave) en vanilline naturelle. Dans un premier temps, nous nous sommes attachés à définir et à optimiser un procédé de production de vanilline à partir d'acide vanillique en utilisant la souche de P. Cinnabarinus MUCL 39533 cultivée en bioréacteur. Il a été mis en évidence l'influence de l'aération de la culture sur la production de vanilline ainsi que l'effet inhibiteur de la vanilline sur la croissance fongique. L'utilisation d'un adsorbant spécifique, la résine XAD-2, s'est révélée très efficace pour limiter la toxicité de la vanilline et sa transformation en alcool vanillique et pour faciliter l'extraction de la molécule produite. Nos travaux se sont ensuite orientés vers la modélisation de ce procédé en bioréacteur afin de définir une stratégie de production maximale de vanilline. Par la suite, un intérêt particulier a été donné à la production de vanilline naturelle à partir d'acide férulique issu des coproduits agricoles. Une nouvelle stratégie concernant la biotransformation directe de la fraction féruloylée des coproduits agricoles, en acide vanillique a été développée. Les potentialités de A. Niger I-1472 à synthétiser des enzymes capables de dégrader les polysaccharides pariétaux et à bioconvertir l'acide férulique libéré en acide vanillique naturel, précurseur de la vanilline, ont été exploitées.

  • Titre traduit

    Control of fungal metabolic pathways involved in the biotransformation of feruloylated fractions of agricultural by-products in natural vanillin


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (165 f.-[40] f. de pl.
  • Notes : L'autorisation de reproduction n'ayant pas été communiquée, cette thèse (en conséquence non transmise à l'A.N.R.T. pour microfichage) est exclue du prêt et du PEB.
  • Annexes : Bibliographie f. 157-165

Où se trouve cette thèse\u00a0?