Etude spectroscopique des noyaux actifs de galaxies à "spectre de transition"

par Anabela Cardoso Gonçalves

Thèse de doctorat en Rayonnement et plasmas

Sous la direction de Philippe Véron.


  • Résumé

    Les noyaux de galaxies présentent souvent des raies en émission ; ils sont classés en plusieurs catégories sur la base des rapports d'intensité de quelques raies dans le visible : Seyferts 1 et 2, LINERs et régions HII ; ces catégories correspondent à des conditions d'excitations différentes. Mais un certain nombre d'objets ont des rapports de raies intermédiaires qui ne permettent pas de les classer sans ambiguité dans l'une ou l'autre de ces catégories. Nous nous sommes efforcés de clarifier la nature de ces objets à "spectre de transition". Pour ce faire, nous avons effectué des observations dans le visible d'un grand nombre d'entre eux ; la plupart des observations ont été faites à l'aide du spectographe CARELEC monté au foyer Cassegrain du télescope de 1,93 m de l'Observatoire de Haute-Provence. Ce sont les résultats de ces travaux qui constituent l'essentiel de ce manuscrit. Nos observations de 61 objets à "spectre de transition" ont montré qu'ils rentrent dans un schéma de classification simple. En effet il s'agit, pour la plupart, d'objets dont le spectre résulte de la présence simultanée sur la fente du spectrographe de deux régions émissives différentes (en général une région HII et un nuage type Seyfert), ce que l'on appelle des "spectres composites". Ainsi, aucun mécanisme d'excitation "intermédiaire" n'est nécessaire pour expliquer leurs caractéristiques. Parmi les objets étudiés deux, particulièrement intéressants, ont attiré notre attention : NGC 5252 et KUG 1031+398. Notre étude de NGC 5252, basée sur des données HST, a dévoilé la présence simultanée d'un LINER et d'un nuage type Seyfert. KUG 1031+398 est une Seyfert 1 à raies étroites et la seule ganalxie pour laquelle une région d'émission intermédiaire (IRL) entre les régions d'émission classiques (la BLR et la NLR) a été signalée avec certitude. Nos observations ne confirment pas la présence d'une ILR dans cette galaxie ; l'existence d'une telle région d'émission reste donc à prouver.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 181 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 177-178, notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. St Charles). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de sciences lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Observatoire. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : H VIII-296
  • Bibliothèque : Observatoire de Lyon. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : J CAR
  • Bibliothèque : Observatoire de la Côte d'Azur. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 005783
  • Bibliothèque : Laboratoire J.-L. Lagrange. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : H3-1670
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Paris). Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : 7557
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : (043) CAR
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.