Architecture et culture aux Etats-Unis depuis la fin des années soixante : la déconstruction à l'oeuvre

par Nathalie Pierron

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Claude Massu.

Soutenue en 1999

à Aix-Marseille 1 , en partenariat avec Université de Provence. Faculté des lettres et sciences humaines (autre partenaire) .


  • Résumé

    Replace dans le contexte d'une tradition specifique de l'urbain, celle des etats-unis, et des mutations que cette derniere connait a la fin des annees soixante, le concept theorique et esthetique de deconstruction est rapporte ici tant a l'hypothese d'une crise du symbolique dans l'espace de l'amerique post-moderne, qu'au role equivoque, dans cette crise, d'une conception autonome et abstraite du langage architectural. Traquant dans ses restrictions formalistes et elementaristes, dans ses interets plus discursifs ou theoriques que pratiques, la relativite de l'auto-critique a laquelle cette discipline se serait livre au cours des annees soixante-dix, ceux-ci servent a mettre en evidence son impossibilite a etablir une distance reelle vis a vis du modele esthetique, linguistique, poetique et surtout technologique, en vigueur. Dans l'optique d'une auto-analyse a laquelle se seraient exerces quelques architectes americains d'importance, le role ambivalent d'un essai theorique redige par deux des texas rangers (portant sur la distinction reel/virtuel), et ses effets historiques sur leurs proches, essentiellement john hejduk ou peter eisenman, sont ensuite precises. L'entree de l'architecture dans l'ere mediatique s'accompagne en effet des orientations esthetiques, formelles et surtout didactiques donnees a son instrumentation, quelques unes des ambiguites de la culture architecturale americaine du debut de ce siecle s'en trouvant renforcees, qu'il s'agisse de son rapport a l'histoire, a la machine, de son interet pour les questions de structure comme du role central de l'art dans ses interrogations sur la representation - et a travers elle bien sur, sur sa signification. A la vue de cette filiation, se justifiait des lors la mise en doute de la nouveaute du standard de la discontinuite des experiences deconstructivistes de la fin des annees quatre-vingts, l'accession de ces dernieres a la construction correspondant, en outre, avec l'internationalisation de la desideologisation de la production urbaine, c'est-a-dire finalement, avec le renforcement de l'existence de l'architecture comme forme autonome.

  • Titre traduit

    Culture and architecture in the united states since the end of the sixties : applied deconstruction


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (486 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines (Fenouillères).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2346

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1999AIX10012
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.