LOrganisation territoriale d'Haïti

par Bertrand Bavarday

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Michel Louis Martin.

Soutenue en 1999

à Antilles-Guyane .


  • Résumé

    Comment construire l'Etat haïtien de façon à assurer l'intégration nationale? Le choix du couple : Centralisation-Déocentralisation a été retenu afin de procéder aux développements qui suivent comme réponse à cette problématique. D'une organisation territoriale centralisée avortée. . . à la recherche d'une organisation territoriale décentralisée. A la naissance d'Haïti, deux groupes antagonistes se constituent à la suite du partage de l'héritage colonial: d'un côté la couche créole (mulàtres plus noirs libres nés en Haïti) ayant monopolisé l'outil de production laissé par [es colons. De l'autre, les bossales, appelés africains, exclus du partage et désirant le rester. La partie créole va asseoir sa domination sur la partie "africaine" par la mise en place d'une centralisation à outrance. Quant à la partie "africaine", elle refuse systématiquement les valeurs occidentales de développement. Cela se traduit par l'échec de l'Etat centralisé face au monde rural. La recherche d'une décentralisation se présente alors comme une solution à l'intégration nationale et à la crise de l'Etat. Cette décentralisation dont on parle depuis 1843 et qui s'appuie tant sur des fondements juridiques que sur des bases factuelles a des difficultés à se concrétiser, malgré l'importante place que lui réserve la Constitution de mars 1987 qui la présente d'une part comme un vecteur de la démocratie locale et d'autre part comme vecteur du développement local.

  • Titre traduit

    Territorial organisation in Haïti


  • Résumé

    How to set up the Haitian state in a way that guarantees national integration ?the choice of conflicting centralisation and decentralisation is opted for, for this choice allows development to the answers resulting form this set of problems. From the failure of a centralised organisation of territory to the search for decentralised organisation. With the birth of the Haitian state, two conflicting groups came into being as a result of the break up of the colonial regime : on the one hand the Creole block made up of mulattos and freed native blacks which took control of the system of production left by the white settlers, and on the other hand, the bossals, commonly called Africans, who were left out and were happy to be left out of the post colonial share-out. The Creole class uses excessive centralisation as a way of controlling the African class. The African class systematically rejects the Western values of development. This will result in the failure of the centralised state in rural Haiti. The search for a decentralised state is presented as a solution for integrating the nation and for the national crisis. Such decentralisation, which has been discussed since l843 and which is based on both judicial and empirical grounds, cannot be easily camed out despite the importance given to it by the March 1987 Constitution which wishes to see it as a source of local democracy and a boost to local development

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (780 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 708-780

Où se trouve cette thèse ?