L'administration des finances en martinique : 1679-1790

par Gérard Gabriel Marion

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Bernard Vonglis.

Soutenue en 1999

à Antilles-Guyane .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Pour etudier les finances au xviii eme siecle en martinique, il est indispensable de se poser deux questions : quelles sont les conditions de fonctionnement de l'administration coloniale ?en quoi consiste l'administration des finances ? un commandement bicephale, gouverneur general et intendant, dirige les colonies francaises d'amerique, puis les iles du vent, puis la martinique, la responsabilite de l'administrateur civil, nomme en 1679, s'accroit a partir de 1733, reste l'ordonnateur a la fois des depenses de la marine et du domaine. L'economie des iles se caracterise par une rarete des especes tres grande, parfois dramatique, pendant tout l'ancien regime. L'intendant doit neanmoins faire tourner une administration qu'il faut reconstituer : si possible payer le personnel, diriger les importations et acheter des marchandises que le commerce national n'importe pas. Le budget de l'administration et le commerce sont sa priorite. Mais la population insulaire, heteroclite et esclavagiste, sortie des cadres sociaux qu'imposait le royaume, reste sourde aux difficultes economiques et ideologiques imposees par le regime de l'exclusif. Les habitants ont integre une habitude de ne pas honorer leurs dettes, tant envers l'administration qu'envers les autres particuliers ; la martinique monarchique est criblee de dettes. L'intendant de finances doit assurer les rentrees d'argent : les fonds de la cour pour les depenses de souverainete, capitation surtout, mais aussi droits de douane pour celles de l'administration ; les fonds seigneuriaux sont integres a des caisses particulieres ou incorpores au domaine : saisies, amendes, droits de batardise et d'aubaine, la caisse des cabarets ou des libertes, constituent des revenus annexes, et qui sont depenses, pour subvenir aux besoins que l'administration centrale ne satisfait que d'une facon trop parcimonieuse. En fait, la france des lumieres ne s'est pas donne les moyens de ses ambitions coloniales ; le royaume n'a pas envisage l'avenir.


  • Résumé

    To study the finances in the eighteenth century in martinique, on must ask oneself two questions : how does the colonial financial administration work ? what type of administration must be run ? a twoheaded government, general governor and intendant-administrator, oversee the french colonies of america, then the windward islands, then martinique. The civil administrator's responsibility, appointed in 1679, consists of directing the marine payment and the occident domain's spending. The island's economy is characterised by sugarcane agriculture and coins are rare, sometime dramatically, during the entire ancient regime. However, the intendant must still run some administration : supervise importations, buy merchandise that isn't imported by the national commerce, and, if possible, pay the workers. The administration budget and commerce are his priorities. However, the insular population, heteroclite and pro-slavery, is deaf to the financial and ideological difficulties, imposed by the exclusive regime. The inhabitants have integrated the habits of not honouring their debits, toward the administration or any other person : the monarchic martinique is overthrown by debt. The administrator must oversee financial incomes : funds from the court for sovereignty spending, capitation and customs incomes pay the administration's expenses ; the seigniorial fonds are integrated into particular accounts, or incorporated to the crown lands : executions, penalties, bastardy , aubaines, the cabaret or liberties accounts are side incomes subsidising the needs that the central administration barely satisfies. France of the lumieres didn't give itself the means of its colonial ambitions ; the kingdom didn't think of the future.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Budapest [etc.], Montréal, Paris

L'administration des finances en Martinique, 1679-1790


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 537 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 121 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des Antilles et de la Guyane (Schoelcher). Service commun de la documentation. Section Martinique.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2000 par l'Harmattan à Budapest [etc.], Montréal, Paris

Informations

  • Sous le titre : L'administration des finances en Martinique, 1679-1790
  • Détails : 1 vol. (XXXIV-764 p.)
  • ISBN : 2-7475-0048-9
  • Annexes : Bibliogr. p. 747-758
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.