Aux origines de la banlieue résidentielle : la villégiature parisienne au XIXe siècle

par Isabelle Mazières-Rabault

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Luc Pinol.

Soutenue en 1998

à Tours .


  • Résumé

    La thèse a pour objet d'étudier la naissance des premières banlieues aisées de Paris au XIXe siècle, et s'intéresse au rôle de la villégiature dans ce processus. Se concentrant en un premier temps sur la pratique de la villégiature dans la société parisienne, elle souligne son succès croissant au cours du siècle et met en évidence la diffusion très sélective des maisons de campagne autour de Paris. Elle montre que les lotissements de villégiature ont constitué un modèle résidentiel suburbain pour les groupes aisés. La deuxième partie analyse comment les villégiatures se sont insérées dans la croissance de l'agglomération, quel rôle elles ont joué dans la formation de ses différenciations. Elle met en évidence les contrastes immobiliers, socio- économiques et socioprofessionnels, internes à la région parisienne, et souligne la concordance entre les communes dites "bourgeoises" et celles marquées par la villégiature. La dernière partie, qui repose sur l'analyse détaillée de trois lotissements, montre que la villégiature a paradoxalement peu contribué à leur peuplement, bien qu'elle ait orienté les quartiers vers une fonction résidentielle. Elle met en évidence un modèle de diffusion d'une pratique sociale résidentielle des couches intermédiaires vers les catégories supérieures de la société : la banlieue résidentielle est plus une invention des catégories intermédiaires de la société, qui ont largement peuplé ces quartiers, que des élites bourgeoises qui n'y passaient souvent que leurs étés.

  • Titre traduit

    The origins of the residential suburbs of Paris : the villeggiatura in the XIXth century


  • Résumé

    This dissertation aims at showing how the first residential suburbs of Paris were born in the XIXth century and studies in particular the role played by the social practice of villeggiatura in their development. It first deals with the villeggiatura and shows how popular it became in the XIXth century. It sheds light on its very selective geography and insists on the planned communities of summer houses that constituted the model for residential suburbs. The second part studies how these summer neighbourhoods had to melt into the growth of the parisian suburbs. The emphasis is on the economic and social contrasts within the parisian urban area. It shows that the "bourgeois" suburbs were very often summer retreats for the wealthy the last part is based on a comparative analysis of three planned communities. It turns out that the social practice of villeggiatura did not significantly contribute to the growth of these communities although it defined their residential function. It reveals that if the suburban summer retreats were first dedicated to the upper middle class, these people were not the first to settle. The growth of these suburbs was mainly due to part of the middle or even the lower middle classes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (572 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 555-572. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1030
  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot LARHRA (Lyon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1998 MAZ
  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. BU Tanneurs.
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2365
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.