Orson Welles : le temps du montage : contribution à la découverte du cinéma à partir de l'aspect temporel du montage cinématographique dans les films d'Orson Welles

par Pierre Fouquet

Thèse de doctorat en Cinéma

Sous la direction de Guy Chapouillié.

Soutenue en 1998

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    Le cinéma possède, comme tous les autres arts, sa propre singularité. Cette singularité passe par le montage cinématographique, envisagé non pas comme la simple étape d'assemblage des fragments visuels et sonores, mais comme un processus présent au cours de chacune des phases de la réalisation du film. Le cinéma est un art spatio-temporel, et le montage construit pour le spectateur un univers au sein duquel l'aspect spatial est constamment proposé de façon manifeste, alors que l'aspect temporel, bien qu'indissolublement lié au précédent, s'y exprime de façon plus latente : le ciné-temps n'est pas en général une donnée immédiate. Qu'est-ce que le ciné-temps ? S'agit-il seulement du temps de l'histoire du film, du moins si celui-ci en raconte une ? Ou bien faut-il plutôt se demander comment le rythme du film, induit par le montage, façonne la perception du temps passé par le spectateur devant le grand écran ? Mais ceci ne reste-t-il pas en rapport étroit avec cela?. . . Le questionnement sur le ciné-temps est lié à l'étude des grandes œuvres cinématographiques qui lui ont permis de se développer. Parmi celles-ci, l'œuvre d'Orson Welles occupe une place de choix. Welles, qui revendiquait l'aspect prépondérant du montage dans la réalisation de ses films, sut mettre celui-ci au service de l'élaboration d'un temps propre au cinéma. C'est la raison pour laquelle la présente thèse souhaite contribuer au questionnement précité dans le cadre du cinéma wellesien.

  • Titre traduit

    Orson Welles : the time of montage : contribution to the comprehension of cinema through the study of the temporal aspect of montage in Orson Welles' films


  • Résumé

    Cinema owns its singularity like any other art. This singularity expresses itself through montage, which must be considered not only as the mere step of assembling visual and sound fragments, but as a process which takes place during each stage of the making of the film. Cinema is a spatial/temporal art, and montage builds for the spectator a world in which the spatial aspect is constantly proposed in an obvious way, whereas the temporal aspect, though strongly linked to space, shows itself in a more latent state : the cine-time ; is not generally a self-evident truth. What is cine-time? Is it only the time of the story of the film (provided there is a story in the film)? Or do we have to ask ourselves how the rhythm of the film, implied by montage, shapes the perception of the time spent by the spectator before the screen? But aren't both of them connected to one another? The questioning on cine-time; is linked to the study of great cinematographic works that allowed it to develop. Among them, Orson Welles' works have a selected place. Welles openly thought montage was the most important thing in the making of his films, ant he was able to submit it to the building of a time specific to cinema. That is the reason why this thesis wishes to contribute to this questioning, within the scope of Welles' cinema.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (521 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.