"Je crois que je suis nulle part" : recherche de lieux dans les récits de Samuel Beckett

par Hélène Fournier Lavergne

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Georges Mailhos.

Soutenue en 1998

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    L'étude diachronique des textes narratifs de Beckett révèle la mise en place d'une topographie propre à l'univers singulier de cet écrivain. Dans les premiers récits, écrits en anglais, "Dream of fair to middling women", et "More pricks than kicks", des doubles du jeune Samuel Beckett évoluent à Dublin. L'esthétique est réaliste, l'écriture chargée. Le sentiment du héros pour son pays natal est à la fois d'attachement et d'étrangeté. Les romans suivants - Murphy et Watt - développent la tentation solipsiste du héros et introduisent le thème de la folie - définie comme absence à l'espace des autres. Dans "Wat"t, puis dans les premiers récits en français, le décor devient anonyme mais renvoie étrangement à l'Irlande. Parallèlement au changement de langue par lequel Beckett semble s'arracher à lui-même, s'opère une autre métamorphose essentielle et en apparence contradictoire : à partir des nouvelles, écrites après la guerre, le héros beckettien devient aussi narrateur. Dans la trilogie, ce narrateur est aussi celui qui écrit, et on est tenté de l'identifier à la personne même de l'écrivain irlandais. Toutefois celui qui parle, qui écrit ici, n'est pas l'homme Beckett qui vit dans notre monde. Il est en un lieu "autre part" qu'à partir des années 60 les récits de Beckett s'efforceront de susciter. Or, ce lieu intime est par essence indicible, ne pouvant être dit qu'avec le langage des autres, qui se réfère au monde des autres. Pour en parler, l'écrivain n'aura d'autre ressource que d'évoquer sa séparation d'avec le monde, son exil. Dire le monde à distance, c'est pour la part écrivante de Beckett, le seul moyen de se dire. C'est ainsi que Beckett nous parle paradoxalement du monde avec émotion et nostalgie. La forme narrative n'est alors qu'une apparence pour des textes épurés qui ont en réalité et de plus en plus à voir avec la poésie, et ou se constitue peut- être le seul lieu propre a Beckett.

  • Titre traduit

    "I think I am nowhere" : a study of places in Samuel Beckett's fiction


  • Résumé

    The chronological study of Samuel Beckett's fiction shows the constitution of an original topography. In the first narratives, written in English, "Dream of fair to middling women" and "More pricks than kicks", the hero is an alter ego of the Irish writer. The story is set in Dublin where he lived as a child and as a young man. Beckett describes his country in a realistic way and writes in a complex style, influenced by his compatriot James Joyce. The hero feels both love and disgust towards his native country. In the next novels - Murphy and Watt - Beckett develops two important items: solipsism and madness. In "Watt" and in the first narratives in French, the landscape becomes anonymous but still evokes Ireland. At the same time, in the short stories written in French after W. W. II and later called nouvelles, the fictional hero is also the narrator. In the "Molloy" – "Malone dies" – "The unnamable" trilogy, the narrator becomes the one who is writing the text that we are reading, and we are brought to think that he is Beckett himself. But the one who speaks, the one who writes here, is obviously not Samuel Beckett, the man who lives in our world. He is located elsewhere. From the trilogy on, Beckett - in his prose works - is trying to describe this place "elsewhere". But this place is "unspeakable" because the writer has nothing but the "language of others" to describe it. The writer can only speak of his own exile, far from the world of others. Evoking the world in a kind of distance is the only way - for the writing part of Beckett - to evoke his own place. That's why Beckett writes about our world with so much nostalgia and so much art. In his advancing years, his prose works are looking more and more like poetry and the own place of the writer must probably be looked for directly in the text considered as a space.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (407 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?