L'abbaye cistercienne de Belleperche en Lomagne (Tarn-et-Garonne) : étude historique et monumentale

par Jean-Michel Garric

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Michèle Pradalier-Schlumberger.

Soutenue en 1998

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    L'abbaye cistercienne de Belleperche, en Tarn-et-Garonne et dans le pays de Gascogne toulousaine, se démarque dans l'histoire de Citeaux. Sa naissance et les orientations de son temporel sont l'œuvre de féodaux qui en firent un bien héréditaire. Fondé vers 1130-1140, affilié à Clairvaux en 1143, le monastère fut transféré au bord de la Garonne. Belleperche s'érigea en puissance économique et politique, se permit d'aller contre la ligne de conduite des cisterciens méridionaux face à la croisade et brava ensuite le pouvoir capétien. Son apogée, qui vit la création de neuf bastides, est personnifié par l'abbé Jauffre (mort en 1299), sollicité par les rois, puis nommé évêque de Bazas. Il ne reste presque rien des constructions médiévales. Un vaste chantier s'ouvrit avant 1236 par l'église consacrée en 1263, portée à des dimensions imposantes. Contemporaine des débuts du gothique méridional, son architecture reste fidèle à la tradition cistercienne du XIIe siècle, tout en employant largement la croisée d'ogives. Son originalité tient à la présence d'un clocher inspiré de celui de Saint-Sernin de Toulouse, via le modèle de l'église cistercienne de Grandselve, rebâtie au même instant. Entre 1275 et 1285, est construit un réfectoire de style gothique rayonnant, exceptionnel exemple, dans le midi, d'une architecture brique et pierre raffinée inspirée par l'art de cour. Simultanément, un riche pavement est posé dans l'église. La sculpture monumentale se réfère aux modèles admis par l'ordre, mais intègre l'évolution décorative du XIIIe siècle, la figuration humaine ou animale reste absente. Incendiée en 1572, Belleperche est restaurée entre 1598 et 1614, puis largement reconstruite de 1701 aux années 1760, dans un style classique austère, sans luxe ni originalité.

  • Titre traduit

    The Cistercian abbey of Belleperche in Lomagne (Tarn-et-Garonne) : historical and architectural study


  • Résumé

    The Cistercian abbey of Belleperche, in Tarn-et-Garonne and in the country of Gascogne toulousaine becomes detached in the story of Citeaux. Its birth and the orientations of its patrimony are outcome of the action of some feudal families who saw in it a hereditary property. Founded c. 1130-1140, joined to Clairvaux in 1143, the monastery was immediately transferred by the river of Garonne. Belleperche erected a great political and economic power, and defied the Capetian authority. Its apogee, marked by nine "bastides", is personified by the abbot Jauffre (died in 1299), solicited by kings, and then nominated bishop of Bazas. Most of the constructions are destroyed. A huge building site was opened before 1236 with the church, dedicated in 1263, expanded to imposing size. Contemporary of the meridional gothic, its architecture stays faithful to 12th century's Cistercian tradition, but use greatly the ribs. Its originality is the bell tower, inspired by the one of Saint-Sernin of Toulouse, through the model of the Cistercian church of Grandselve, rebuild in the same time. Circa 1275-1285, is built a refectory in the radiant gothic style, exceptional example, in the south, of a sophisticated "brick and stone" architecture inspired by the art of the northern countries. Simultaneously, a rich two-colored tile pavement is installed in the church. The architectural sculpture refers to former models allowed by the order, but integrates decorative evolution of 13th century. Human and animal figure is absent. Burned in 1572, Belleperche is restored between 1598 and 1614, and then widely rebuilt from 1701 to the years 1760, in an austere classic style, without luxury or originality.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (1044 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre national de la recherche scientifique. Laboratoire France méridionale et Espagne. Bibliothèque méridionale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TU 2975
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2168

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.