Effet de la temperature sur la replication du virus de l'immunodeficience feline (vif). Etude in vitro et in vivo d'une souche thermoresistante

par Catherine Alix-Panabieres

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Jean-Pierre Martin.

Soutenue en 1998

à Strasbourg 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La decouverte recente chez le chat d'un nouveau retrovirus, le virus de l'immunodeficience feline (vif), suscite un interet majeur du fait de sa proximite genetique avec le virus de l'immunodeficience humaine (vih). L'infection du chat par le vif provoque en effet des manifestations immunitaires et pathologiques similaires a celles rencontrees lors d'une infection par le vih chez l'homme. Le vif et son hote naturel constituent un excellent modele d'etude du vih dans les programmes de recherche orientes vers la therapeutique et vers les etudes physiopathologiques fondamentales de l'infection et de la maladie. Cependant, la phase asymptomatique de l'infection par le vif chez le chat est tres longue et constitue un reel handicap pour l'etude de cette maladie en laboratoire. Une des solutions serait de disposer d'une souche de virulence accrue qui permettrait une atteinte plus rapide du stade sida. Or, on sait depuis longtemps que la temperature elevee est un des effecteurs du developpement capable de selectionner des souches plus virulentes. Le but de notre travail est de construire une souche de vif hypervirulente en rendant une souche sauvage thermoresistante. Une souche de vif thermoresistante, nommee m41, est selectionnee apres passages repetes a 41c d'une souche sauvage, wt. Elle se distingue de cette derniere par i) sa capacite a se repliquer a 41c dans differents types cellulaires ii) sa resistance a la thermoinactivation iii) son pouvoir syncytiogene a 41c iv) son tropisme cellulaire modifie. A temperature elevee, la souche m41 est capable de surmonter des inhibitions de certaines etapes du cycle viral que la souche wt n'est pas capable de surmonter dans les memes conditions. Ces etapes, identifiees, sont differentes dans une lignee cellulaire et dans les cellules mononucleees de chats. Bien que nous mettions en evidence des mutations dans le gene env du vif mutant, la construction de virus chimeriques a partir des demi-genomes wt et m41 nous permet d'affirmer que la region responsable du phenotype de la thermoresistance est situee dans la partie 5' du genome. L'etude comparative in vivo du pouvoir pathogene des souches sauvage et thermoresistance montre que la souche m41, contrairement a la souche wt, se caracterise par un processus de replication hautement dynamique, responsable en partie de l'effet deletere sur les lymphocytes cd4+. Elle a acquis un potentiel de replication plus important que celui de la souche dont elle est issue : nous avons obtenu une souche avec un pouvoir pathogene augmente.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 241 P.
  • Annexes : 290 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque Blaise Pascal.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.Strbg.Sc.1998;3073
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.