Contribution à l'étude des récepteurs du pituitary adenylate cyclase-activating polypeptide (PACAP) au cours de l'ontogénèse du cervelet de rat. Recherche d'une activité trophique potentielle du PACAP sur les neuroblastes cérébelleux

par Magali Basille

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Hubert Vaudry.

Soutenue en 1998

à Rouen .


  • Résumé

    Le pituitary adenylate cyclase-activating polypeptide (PACAP) est présent en quantités non négligeables dans le cervelet de rat au cours des trois semaines qui suivent la naissance c'est à dire pendant la période de multiplication, migration et différenciation des cellules granulaires, suggérant un rôle neurotrophique du PACAP dans le cervelet des mammifères au cours du développement. L'ontogénèse des sites de liaison du PACAP par autoradiographie quantitative dans le cervelet immature du rat a démontré une expression transitoire des sites de liaison au niveau de la couche granulaire externe (CGE) et de la médulla, depuis la naissance jusqu'au 25ème jour de vie postnatale. La caractérisation pharmacologique des sites de liaison présents dans la CGE a révélé qu'il s'agit de récepteurs PVR1 de haute affinité pour le PACAP et de faible affinité pour le VIP. Sur des cultures de neuroblastes cérébelleux, le PACAP stimule de façon dose-dépendante la production d'AMPc et d'inositols phosphates. En revanche, le VIP est 100 fois moins efficace sur l'activité adenylyl cyclasique et sans effet sur le métabolisme des phosphoïnositides. L'activation des récepteurs PVR1 au niveau des cellules granulaires induit une stimulation de la phospholipase C via une protéine G sensible à la toxine pertussique, indépendemment de son effet stimulateur sur le système adénylyl cyclasique. La présence du PACAP et de ses récepteurs dans le cervelet immature et l'activation de plusieurs systèmes de transduction suggèrent que le PACAP pourrait être impliqué dans l'histogénèse du cortex cérébelleux. L'administration de PACAP pendant 24 ou 48 heures sur des neuroblastes cérébelleux en culture provoque une augmentation de la survie cellulaire alors que le VIP est 1000 fois moins actif. Cet effet du PACAP est spécifiquement bloqué par l'antagoniste PACAP(6-38). De plus, le PACAP induit une augmentation du nombre et de la longueur des neurites. Ces données démontrent que, in vitro, le PACAP exerce un effet neuroprotecteur sur les cellules granulaires immatures, suggérant un rôle physiologique du PACAP dans le développement du cervelet de rat.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (200 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 425 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 98/ROUE/S010
  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section sciences site Madrillet.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 98/ROUE/S010
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.