Charles-François Le Brun (1739-1824)

par Valérie Chrétienne

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Roger Dupuy.

Soutenue en 1998

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Charles-Francois Le Brun est ne en 1739 a Saint-Sauveur-Lendelin (Manche). Apres des études classiques, un voyage d'initiation a la vie politique (Hollande et Angleterre), des études de droit (il est reçu avocat au parlement de Paris), il devient le conseiller de monsieur de Maupeou, chancelier de France de 1768 a 1774. A la disgrâce de ce dernier, Le Brun entre dans le monde des littérateurs : il publie une traduction de la "Jerusalem délivrée" et de "l'Iliade". Il acquiert une certaine renommée, mais tombe dans un état de langueur d'ou le sortent son ami Necker et l'espoir que suscite la réunion des états généraux. Le poète devient orateur. A l'assemblée constituante, ou l'ont député les Dourdannais, Le Brun est un spécialiste remarque des finances. Son esprit de modération le conduit en 1793 à la prison de Versailles. Libéré en octobre 1794, il siège au conseil des anciens et survit aux "coups d'état" du directoire. Bonaparte le choisit comme troisième consul. Sous l'empire, Le Brun, grand dignitaire, est architrésorier. Il est chargé en 1805 et en 1810 de préparer la "réunion" de la Ligurie et de la Hollande. En 1814, il refuse de signer l'acte de déchéance de l'empereur. Pair de France sous la première restauration, il est grand-maître de l'université pendant les "cent-jours". Louis XVIII le rétablit dans sa dignité de pair de France en 1819. Il meurt à Sainte-Mesme le 16 juin 1824. Si "son nom est cité dans l'histoire", malgré sa volonté de "cacher sa vie", Le Brun est un personnage peu et mal connu. Quelques études lui ont été consacrées mais des questions restaient en suspens : son rôle auprès de Maupeou pendant l'affaire des parlements, l'importance de ses travaux financiers, la raison pour laquelle Bonaparte l'a appelé a ses côtés, son rôle auprès du "sauveur" devenu "despote". . . La longévité de ce discret administrateur plein de zèle, sa survivance a autant de régimes dans une période aussi mouvementée s'expliquent par sa fidélité a un principe : toujours suivre la volonté générale


  • Résumé

    Charles-François Le Brun was born in 1739 in Saint-Sauveur-Lendelin (Manche). After studying the classics, an initiation trip to political life (Holland and England) and law studies, he was received as advocate of the parliament de Paris and became councillor to mister de Maupeou, French chancellor from 1768 to 1774. To the disgrace of the latter, Le Brun enters the literary world : he publishes a translation of the "Jerusalem delivree" and "l'Iliade". He acquires a certain reputation, but falls into a decline which only his friend Necker and the hope generated by a meeting of the etats generaux bring him out of. The poet becomes a speaker. At the assemblee constituante, where he is deputed by the Dourdannais, Le Brun is a notable finances specialist. His spirit of moderation leads him into Versailles prison. Released in October 1794, he sits on the "conseil des anciens" and survives the "coups d'etat" of the directoire. Bonaparte chooses him as third consul. During the empire, Le Brun, "grand dignitaire", is architreasurer. In 1805 and 1810, he has to prepare the annexation of Liguria and Holland. In 1814, he refuses to sign the emperor's downfall act. Pair de France during the first restoration, he is "grand-maitre" of the university during the "cent-jours". Louis XVIII reinstates him as pair de France in 1819. He dies in Sainte-Mesme on 16 June 1824. His name is mentioned in history, in spite of his essorts to hide his life, but le brun is little and badly known. Some studies were dedicated to him but questions remain unanswered : his role regarding Maupeou, during the "affaire des parlements", the importance oh his financial works, his role regarding the "savior" who became a "despot". . . The durability of this discreet and zealous administrator, his survival of so many forms of government can be explained by his faithfulness to one principle : always follow the general will

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par Atelier National de reproduction des thèses à Lille

Charles-François Le Brun : 1739-1824


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol., (1236 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 325 ref. Bibliogr. p. 1155-1222

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 2530
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2002 par Atelier National de reproduction des thèses à Lille

Informations

  • Sous le titre : Charles-François Le Brun : 1739-1824
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 2 vol. (1230 p.)
  • Notes : Reprod. en l'état de l'exemplaire de soutenance, 1998.
  • ISBN : 2-284-01394-5
  • Annexes : Bibliogr. p. 1155-1222
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.