La frontiere, le territoire et le lieu. Norme et transgression dans les pyrenees occidentales

par Hélène Velasco-Graciet

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Vincent Berdoulay.

Soutenue en 1998

à Pau .


  • Résumé

    Depuis qu'elles existent, les frontieres ont toujours interesse les geographes. D'ailleurs la geographie est la seule discipline scientifique a avoir consacre un de ses axes de recherche a la seule etude des frontieres. A la fin du xixeme siecle et au debut du xxeme siecle, les frontieres sont apprehendees sous leur seul aspect politique. Apres une periode d'oubli et paradoxalement a l'heure de la suppression des frontieres au sein de l'europe, leur etude interesse a nouveau les geographes contemporains. Aujourd'hui, les approches ne sont plus geopolitiques ; ce sont plutot les aspects economiques, sociologiques ou culturels des frontieres qui sont retenus dans les recherches. Mais ces approches n'epuisent pas tout le sens de la frontiere, c'est pourquoi la notion est ici abordee au prisme des concepts geographiques de territoire et de lieu. Il s'avere que la frontiere ainsi observee subit trois grandes variations. D'abord, elle peut apparaitre rigide et fixe, symbole de la nation. Elle participe a la construction du territoire national, elle en constitue la fin normee. Ensuite si l'on se rapproche des populations frontalieres qui la cotoient dans leur quotidien, la frontiere perd de sa rigueur. Elle se voit appropriee par ceux-ci. Elle est integree a leurs discours et est un des elements necessaires de construction du lieu qu'est le village frontalier. Ce lieu ainsi edifie est singulier puisqu'il est un espace que les populations acceptent comme etant tronque par une limite imposee de l'exterieur ; la frontiere nationale. Enfin, en se rapprochant de l'intimite des populations frontalieres, un autre espace apparait. Il borde la frontiere nationale. Il est le lieu de transgressions endogenes (necessaires a la construction du groupe) et exogenes (par les pratiques de contrebande). Ce lieu est un ante-lieu car il vient a la fois s'opposer au lieu constitue par les pratiques et les representations des populations frontalieres et renforcer les sources archaiques de l'identite du groupe. Cette frontiere qui se deploie a trois niveaux est pourtant unique ; ce sont les methodes d'approche qui, jouant comme des miroirs deformants, la montrent fragmentee. Ces differentes methodes d'approche sont experimentees a propos de la frontiere franco-espagnole dans les pyrenees occidentales.

  • Titre traduit

    The border, the territory and the place. Norm and transgression in the west pyrenees


  • Résumé

    Geographers have always been interested in borders, since these appeared. In fact geography is the only science which considers border to be a field of research in itself. At the end of xixth c. And in the beginning of xxth, borders were approached in their political aspects only. After a period of oblivion and, paradoxically, at the time of the suppression of borders inside europe, contemporary geographers are interested again in their study, but from the economical, sociological and cultural more than geopolitical point of view. However the meaning of border exceeds these approaches; that is the reason why border is examined here in the light of the geographical concepts of territory and place. Observed in such a way, it has three aspects. First, as a symbol of nation, it may appear stiff and fixed, participating in the construction of the national territory, whose is is the end, fixed by norm. Secondly, if we try to come closer to the point of view of border populations in their daily life, this fixity disappears : being appropriated by them, integrated in their speech, border is one of the necessary components of the construction of a particular place, the border village. This place, built in such a way, is singular, since it is a space admittedly truncated by a limit imposed from outside, the national border. Finally, at the very core of the mind of border populations, as far as we can perceive it, another space appears : it is the place, along the national border, of endogenous (necessary to the construction of the group) and exogenous (through smuggling practices) transgressions. We call it "ante-place" because it both contrasts with the place constituted by the practices and representations of border populations and reinforces the archaic roots of the group identity. In spite of these three aspects, border is unique, its fragmentation and distortion resulting from the methods of approach. These different methods have been tested on the french-spanish border case in the west pyrenees.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (506 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 356 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ULT 1043
  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Spécialisée Géographie - IUP Aménagement.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : FR0 gcd 247

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de géographie. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF 1572
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.