Modelisation de la transmission iatrogene de la maladie de creutzfeldt-jakob par hormone de croissance extractive en france

par Jérôme Huillard d'Aignaux

Thèse de doctorat en Santé publique- biostatistique)

Sous la direction de Jean Maccario.

Soutenue en 1998

à Paris 11 .

Le président du jury était Joseph Lellouch.

Le jury était composé de Joseph Lellouch, Dominique Costagliola, Jean-Claude Desenclos, Simon Cousens, Jean-Philippe Deslys.

Les rapporteurs étaient Dominique Costagliola, Jean-Claude Desenclos.


  • Résumé

    Entre 1981 et 19B5, on estime à environ un millier, le nombre d'enfants probablement exposés à de l'hormone de croissance extractive (hGH) contaminée par l'agent responsable de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) en France. A la date de rédaction de ce mémoire, 55 d'entre eux ont développé une MCJ. Cette étude a pour objectif d'évaluer le risque de MCJ iatrogène chez les enfants traités par hGH. La première étape de ce travail consiste à identifier la période pendant laquelle de l'horm. One de croissance contaminée a été distribuée. Plusieurs analyse statistique ont été effectuées. Celles-ci ont permis de montrer que le risque de contamination fut maximum en 1984. Mais en raison de nombreux problèmes d'interprétation, ces analyses ne permettent pas de quantifier précisément ce risque. La deuxième étape de ce travail a pour but d'estimer la durée d'incubation de la maladie. Celle-ci a été estimée en utilisant la méthode de rétro-calcul. Les estimations de la valeur médiane de la période d'incubation variaient entre 8. 5 et 9. 5 ans. Sur les 55 cas suspects ou probables de MCJ iatrogène, 49 étaient homozygotes au polymorphisme du codon 129 du gène de la PrP (protéine Prion). Notre estimation porte sur les individus homozygotes seulement. Chez les individus hétérozygotes, les données suggèrent une durée d'incubation plus longue. Dans une deuxième partie, nous avons développé et validé par des simulations, une méthode bayesienne pour identifier les lots d'HGH contaminés. Cette méthode a montré qu’entre 1984 et 1985, 7 des 13 lots d'hormone de croissance distribués étaient très probablement contaminés par 1'agent responsable de la maladie. Nos résultats suggèrent que le nombre de cas de MCJ imputables au traitement par hormone de croissance extractive devrait continuer d'augmenter pendant plusieurs années. Par ailleurs, le suivi de cette cohorte semble indispensable pour évaluer le risque de MCJ chez les individus hétérozygotes.


  • Résumé

    In France, between 1981 and 1985, around one thousand children have been exposed potentially contaminated human growth hormone which can transmit the Creutfeldt-Jakob disease (CID). To date, 55 children have developed CJD. The objective of this work was to evaluate the risk of iatrogenic CID in children treated by hGH. The first step of this work was to identify more precisely the calendar period during which contaminated hGH had been distributed. Several statistical analysis have shown that the relative risk of iatrogenic CID was maximum in 1984. Several problems surround the methods used for this analysis. Hence, it was not possible to provide a quantitative estimate of the risk. In the second step of this work we developed a back-calculation model to estimate the incubation period of the disease. The estimated median incubation time ranged between 8. 5 and 9. 5 years depending on the statistical distribution of the incubation period assumed. Among the 55 possible and probable cases of iatrogenic CJD, 49 were homozygous for the codon 129 Prion Normal Protein (PRNP) polymorphism. Our estimate of the incubation period is valid only for homozygous. In heterozygous subjects, the data and the model suggests a longer incubation period but it was not possible to estimate it. In a second part of the work, we have developed and validated by a simulation study, a Bayesian approach designed to identify the precise contaminated batches of growth hormone. Analysis based on this method showed that between 1984 and 1985, 7 of 13 hGH batches were likely to be contaminated by the CJD agent. Our results suggest that the number of cases due to human growth hormone exposure should continue to rise during several years. The follow-up of this cohort is necessary in order to estimated the incubation period in heterozygous subjects.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (136 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p121-125

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). Service Commun de la Documentation. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TD/1998T059
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 2925
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.