Etude de l'expression du gène de la kératine 19, marqueur précoce de la différenciation sexuelle des gonades, chez le rat et la souris

par Alexandre Appert

Thèse de doctorat en Endocrinologie et interactions cellulaires

Sous la direction de Solange Magre.

Soutenue en 1998

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté de médecine (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Maurice Wegnez.

Le jury était composé de Solange Magre, Maurice Wegnez, Brigitte Boyer, Philippe Berta, Nathalie Josso.

Les rapporteurs étaient Brigitte Boyer, Philippe Berta.


  • Résumé

    La morphogenèse épithéliale qui se produit au cours de l'organogenèse des gonades conduit à la différenciation des structures caractéristiques de chaque sexe : les cordons séminifères dans le testicule et les cordons ovigères à l'origine des follicules dans l'ovaire. Nous avons étudié l'expression des kératines, protéines du cytosquelette spécifiques des cellules épithéliales, au cours de la différenciation gonadique chez la souris depuis le stade indifférencié jusqu'à l'âge adulte. Les résultats obtenus par immunohistochimie, hybridation in situ, et RT-PCR montrent que, comme chez le rat (Fridmacher et al. , 1995), le gène de la kératine 19 (K19), exprimé dans la gonade indifférenciée et dans l'ovaire fœtal, est réprimé dès les premiers signes de la différenciation testiculaire lorsque les cellules de Sertoli se différencient, produisent l'hormone anti-Müllerienne (AMH) et s'agrègent pour former les cordons séminifères. Pour tenter d'identifier les séquences nucléotidiques responsables de l'inhibition de l'expression du gène dans les cellules de Sertoli, nous avons isolé et séquencé un fragment de 1,4 kb de la région 5'-flanquante du gène de la K19 de rat. Après avoir déterminé le site précis d'initiation de la transcription, nous avons réalisé des délétions croissantes de l'extrémité 5' de la région promotrice, et étudié leur activité transcriptionelle par transfection transitoire dans des cultures primaires issues de testicules ou d'ovaires fœtaux ainsi que dans différentes lignées clonales. Les résultats montrent que la région promotrice du gène de la K19 de rat est fonctionnelle et qu'une région minimale d'environ 100 pb en amont du codon ATG, recouvrant la boîte ATA ainsi que 2 sites AP2, est suffisante pour induire la transcription basale du gène. Cependant, toutes les constructions contenant cette région minimale et jusqu'à 1,4 kb en amont du codon ATG induisent la transcription du gène rapporteur dans tous les types cellulaires testés quel que soit le niveau d'expression du gène de la K19 endogène. Les résultats pourraient indiquer soit que les séquences responsables de la spécificité tissulaire d'expression, et notamment de l'inhibition dans le testicule, ne sont pas présentes dans la région promotrice que nous avons isolée, soit que ces séquences ne sont pas fonctionnelles en transfection transitoire. Dans le but d'analyser les relations pouvant exister entre l'inhibition du gène de la K19 et les évènements précoces de la différenciation du testicule, nous avons utilisé des modèles expérimentaux en culture organotypique dans lesquels la morphogenèse testiculaire ou ovarienne est perturbée. Dans le modèle testiculaire, les cellules de Sertoli se différencient, sécrètent l'AMH mais ne s'agrègent pas en cordons séminifères. Dans le modèle ovarien, les ovaires sont masculinisés par la co-culture avec un testicule fœtal ou par l'action de l'AMH. L'étude du profil d'expression du gène de la K19 a été réalisée par hybridation in situ. Dans les testicules, l'inhibition du gène de la K19 est obtenue malgré l'absence des cordons séminifères. Dans les ovaires, l'expression du gène de la K19 est inhibée dès le premier jour de culture avant que les modifications induites par l'action masculinisante n'apparaissent. Ces résultats indiquent que l'inhibition du gène de la K19 ne résulte pas d'évènements mophogénétiques mais plutôt d'évènements cytodifférenciateurs reproduits par l'AMH.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (116 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 104-116

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sud (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne). Service Commun de la Documentation. Section Médecine.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TD/1998T048
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 179
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.