Organisation genetique du syndrome de domestication du mil (pennisetum glaucum, poaceae)

par VALERIE PONCET

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Aboubakry Sarr.

Soutenue en 1998

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le mil cultive, pennisetum glaucum ssp. Glaucum et la forme sauvage a partir de laquelle il a ete domestique, pennisetum glaucum ssp. Monodii, constituent deux sous-especes d'un meme complexe et sont encore parfois trouves en situation de sympatrie dans le sahel. L'absence de barrieres reproductives strictes et un mode de reproduction preferentiellement allogame facilitent les flux de genes entre les deux populations qui conservent pourtant leurs caracteristiques phenotypiques. L'organisation des genes determinant les differences morphologiques entre la forme sauvage et la forme cultivee (caracteres constituant le syndrome de domestication) a deja ete evoquee en tant que parametre contribuant au maintien de l'integrite morphologique des deux formes. La cartographie des genes et qtls impliquees dans le syndrome de domestication a ete realisee a partir des descendances f 2 de deux croisements forme cultivee forme sauvage. Nos resultats montrent qu'un nombre tres restreint de regions chromosomiques intervient dans la determination de l'architecture generale de la plante domestiquee, de son developpement et des caracteristiques de sa floraison. Par ailleurs, l'ensemble des genes et qtls impliques dans la variation des caracteres de l'epillet sont essentiellement regroupes sur les groupes de liaison 6 et 7, et cela, quel que soit le croisement considere. L'etude comparee des genomes de quelques cereales (mais, sorgho, riz) pour les regions impliques dans des caracteres clefs du syndrome de domestication apporte des elements preliminaires permettant de discuter l'homologie de ces regions et l'hypothese selon laquelle il existerait une liaison entre l'organisation des genes impliques dans le syndrome de domestication et le systeme de reproduction de l'espece consideree. Nos resultats apportent des informations fondamentales sur l'organisation genetique du syndrome de domestication et permettent une meilleure comprehension de la dynamique du processus evolutif mis en jeu dans la transformation de la plante sauvage vers la plante domestiquee. Les elements de connaissance qui en decoulent permettent d'envisager l'optimisation des strategies d'introgression massive de genes des formes sauvages dans le genome des formes cultivees et la gestion des qtls d'interets agronomiques dans de tels programmes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 116 p.
  • Annexes : 177 ref.

Où se trouve cette thèse ?