Application de la mesure spectroscopique de l'effet kerr magneto-optique a la comprehension des proprietes magnetiques et magneto-optiques de multicouches metalliques

par Cyrille Train

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Claude Chappert.

Soutenue en 1998

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le but de ce travail est la comprehension des relations qui existent entre les proprietes structurales, magnetiques et magneto-optiques (mo) de multicouches metalliques comprenant une couche magnetique ultramince (quelques plans atomiques). L'interface joue un role crucial dans les proprietes electroniques, magnetiques et mo de ces structures. Nous avons etudie deux interfaces tres differentes : au/co et pt/co. Dans le premier cas, les deux metaux ne sont pas miscibles et l'or ne se polarise pas. Pour co/pt, il y a formation eventuelle d'alliage et polarisation du pt au contact du cobalt. Un banc de mesure spectroscopique de l'effet kerr mo (moke) a ete mis en place. Les premieres mesures spectroscopiques in situ mondiales ont ainsi pu etre realisees. L'influence sur le moke de la structure electronique et de l'aimantation des materiaux qui composent la structure confere a cette technique une sensibilite chimique. Cela permet de determiner, a l'aide de simulations, la composition des interfaces a l'echelle du plan atomique. Des mesures mo spectroscopiques effectuees ex situ sur une tricouche au/co/au evaporee sous ultra-vide concluent ainsi a la demixion partielle de co et de au lors d'une coevaporation sur la couche de co. Une etude in situ sur un echantillon recouvert par de faibles epaisseurs de pt confirme l'origine electronique du maximum d'anisotropie observe dans de telles structures. Elle souligne aussi l'influence importante de la polarisation du pt sur les spectres mo et permet de preciser la structure de l'interface au cours de sa formation. La mo spectroscopique est ensuite utilisee pour resoudre la structure de tricouches pt/co/pt(111) deposees sur substrat amorphe ou monocristallin par deux methodes qui donnent des structures d'interface differentes : la pulverisation cathodique et l'evaporation sous ultra-vide. L'evaporation sur saphir(0001) peut fournir des films de co ultraminces aux interfaces abruptes alors que la pulverisation donne toujours une couche d'alliage, que l'on peut supprimer en intercalant une couche d'or entre le co et le pt. Le recuit des echantillons obtenus par evaporation provoque l'apparition d'alliages ordonnes aux interfaces co/pt tandis que l'augmentation de la temperature de depot conduit a la formation d'ilots de co sur une couche continue de co.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 150 P.
  • Annexes : 159 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-013622
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.