A la recherche du citoyen perdu : un parcours philosophique et historique de la formation des concepts de citoyen et de citoyenneté

par Theodora Dimitroulia-Kohlhaas

Thèse de doctorat en Philosophie politique

Sous la direction de Georges Labica.

Soutenue en 1998

à Paris 10 .


  • Résumé

    La thèse est constituée de trois parties : 1. Polios - Antiquité ; 2. Disparition du citoyen au Moyen Âge ; 3. La lutte entre le citoyen réel et le citoyen honorifique - Lumières et Révolution Française. . Chaque partie est à la recherche des conditions politiques et, à travers les propositions théoriques de l'époque, tente d'identifier les conditions sous lesquelles se forment les notions de citoyen et de citoyenneté et les manières dont elles se réalisent, ainsi que les facteurs qui les font disparaître ou qui en marquent le recul. Le présent travail essaie de démontrer, que au cours de l'histoire, le citoyen se réalise et devient un individu apte à gérer sa vie publique à la condition de se trouver engagé dans des relations sociales et politiques directes, égales et libres de contraintes et à l'égard des dominations idéologiques et étatiques. C'est à cette fin que le polios et la démocratie au sens direct font leur apparition et qu'ils peuvent se réaliser à Athènes. Les citoyens, tous égaux, participent au gouvernement de leur société, dans des organes simples, flexibles et délibératifs. Par l'intermédiaire de leur participation directe, se trouve ainsi éliminé le développement des formes représentatives, autoritaires, de domination et incontrôlées. Le travail à la suite montre que, au contraire, là où se mettent en place des structures socio-politiques fondées sur des formes de représentation et de délégation (Moyen Âge, Temps modernes) et contrairement à l'opinion largement répandue - on assiste à l'exclusion de la majorité et à la division de la société et des gens en deux catégories selon des critères politiques et sociaux et ainsi à la perte des droits du citoyen. Le couple représentation - délégation, produit idéologique-religieux et politique médiéval qu'a trouvé son renouvellement à partir du XVIIIe s. Conduit à des structures politiques autoritaires (État, Pouvoir), d'exclusion et donc de négation du citoyen et de la citoyenneté.

  • Titre traduit

    Looking for the lost citizen : a philosophical and historical exploration of the concepts of the citizen and citizenship


  • Résumé

    The thesis consists of three parts : 1. Citizen politis in Antiquity ; 2. The disappearance of the citizen in Middle Ages ; 3. The struggle between the true citizen and the fictional citizen in Enlightenment and French Revolution. Each part examines the political conditions and throw the theoretical propositions of the time, discuss the conditions under which the ideas of the citizen and citizenship were formed, how they were realised or which factors reduced their impact or led to their disappearance. The thesis aims to demonstrate how, in the course of history, the citizen came into being and became an individual able to manage his public life by acting in conditions of direct social and political relations and of equality, free of constraint of ideology and Estate. The citizens, who were all equal, participated in the government of their society in bodies which were simple, informal and equipped with decision-making powers. The existence of forms of direct participation was an obstacle to the development of representative, authoritarian, uncontrolled and hierarchical structures. The present work shows that where representative and indirect political and social structures were established (Middle Age and Modernity) - and contrary to a widely held opinion - they contributed to the exclusion of the majority and the division of the society and the people into two categories according to political and social criteria. They also contributed to the destruction of the rights of the citizens. The principles of representation and delegation, medieval ideological-religious and political products which had been revived at the end of the eighteenth century led to authoritarian political structures and were alien to the concept of the citizen and citizenship.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (448 f.)
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr. f. 440-448

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T 98 PA10-175
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.