Aspects du saint-simonisme : la question de l'utopie

par Monique Rouillé

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Lucien Sfez.

Soutenue en 1998

à Paris 9 .


  • Résumé

    Cette thèse sur travaux comporte plusieurs études sur le saint-simonisme dans sa phase utopique (1825-1835) (on trouve ici deux études sur le périodique saint-simonien le producteur, une présentation de la correspondance de deux femmes saint-simoniennes, C. Simon et A. Arnaud), sur l'utopie comme forme d'imaginaire social, ainsi qu'une historiographie critique du saint-simonisme. L'unification de cet ensemble est assurée par une problématique qui cherche à explorer et préciser les significations de la floraison des utopies dans l'espace politique moderne post-révolutionnaire, en particulier les langages et formes d'expression empruntées par le saint-simonisme utopique, c'est-a-dire la mise en place d'une expérience religieuse. Les interprétations auxquelles le saint-simonisme a donné lieu depuis cent cinquante ans, les "méta-discours" tenus sur le saint-simonisme, effectués dans le cadre d'une conception "positive" et linéaire de l'histoire, laissent apparaitre un "reliquat", difficile à appréhender avec les méthodes d'analyse classique en terme "d'histoire des idées politiques". Cet "excédent utopique" est ce que nous analysons ici, dans quelques uns de ses lieux de manifestation (la recherche d'un pouvoir spirituel nouveau comme "forme" de la critique dans l'espace politique non encore stabilisé de la fin de la restauration, les pratiques d'émancipation des femmes dans la "prise de parole" et l'écriture). La perspective adoptée ici est celle d'une approche benjaminienne de l'histoire, apte à resituer ces expériences passées dans leur propre présent politique, et à restituer les potentiels émancipateurs de ces " imaginaires sociaux". Le saint-simonisme, plutôt qu'ancêtre du socialisme ou de la technocratie, apparait ainsi dans son ambivalence, comme partie prenante de "l'invention démocratique".

  • Titre traduit

    Aspects of saint-simonianism : the question of utopia


  • Résumé

    This thesis is composed of several studies devoted to the utopian phase of saint-simonianism (1825-1835) (there are two analyses of the saint-simonian periodical le producteur, and a discussion of the correspondences of two saint-simonian women, c. Simon and a. Arnaud), to utopia as a form of imaginary representation of the social space, as well as a critical history of saint-simonianism. The unifying principle of this body of texts resides in a reflexion which seeks to explore and determine why utopias flourished in the modern post-revolutionay political space, more particularly how the various modes and forms of expression and representation peculiar to utopian saint-simonianism came to define a religious experience. The critical interpretations of the saint-simonian movement over the last a hundred and fifty years, the various "meta-discourses" on saint-simonianism, all held within the framework of a positivist and linear conception of history, leave a "remainder" which is difficult to grasp through classical analytical tools and which cannot be refined away in terms of "political history". It is this "utopian remainder" which is analysed here in some aspects of its manifestations (namely the search for a new spiritual power as a tool for criticism in the yet not-stable political space of the end of the french restoration, and the emancipating practices of women in "speech acts" and "writings"). The conceptual framework here is that of walter bejamin's historical approach which allows these past experiences to be re-located in their contemporary political present and enables us to re-define the emancipating potentialities of these social imaginary forms which have been overlooked by classical analysis. Saint-simonianism thus appears, in its ambivalence, rather than the forefather of socialism or technocracy, as part and parcel of the invention of democracy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 488 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 327 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.