Theatres de l'ecriture dans l'oeuvre d'helene cixous. "la ville parjure" et ses autres

par VON DER OSTEN SACKEN

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Hélène Cixous.

Soutenue en 1998

à Paris 8 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette piece de theatre qui a lieu dans un cimetiere, dans une cite des morts, met en scene non seulement la maladie et +l'etat de deuil; de notre epoque, de la ville qu'est le monde de nos democraties occidentales, mais aussi la langue, son combat, l'agon qu'elle mene sur la scene qui est aussi une arene de proces comme dans la tragedie grecque. La piece pense et met en scene a la fois le theatre et la poesie. Elle est elle-meme un poeme, et ma lecture regarde moins l'action theatrale que le travail de l'ecriture. J'ai essaye de me mettre a l'ecoute de la philosophie qui s'exprime en profitant de la forme theatrale. La lecture suit les scenes, elles-memes des chapitres avec chaque fois une question motrice qui repond a la scene precedente, et qui s'enchainent selon une logique a la fois psychique et philosophique, en rapport aux differentes economies libidinales qui (se) debattent, representees par les personnages et leurs facons de parler. Le desir de justice est le moteur de la piece et se transforme lui-meme au cours de l'action. La question comment ce desir (se) cherche, se transforme et s'exprime, produit ou arrete, est un des fils de la these qui la noue a une reflexion sur la parole creatrice et sur la parole du droit. Le desir d'une justice heterogene a celle du systeme juridique mene a la question du jour messianique d'une apocalypse qui aurait paradoxalement lieu tout le temps sous la lumiere fantomatique d'un jour hante par le futur. Une approche des fictions la fiancee juive et messie travaille ensuite sur la simultaneite de deux temporalites differentes, d'anachronie et de diachronie. La question d'une ecriture dont la matiere est le silence est renouee avec deux termes essentiels de la ville parjure, le parjure, au commencement de toute parole intentionnee, et le pardon : l'ecriture de cixous cherche et attend le pardon, voire quelque chose qui serait au-dela de celui-ci, et en meme temps elle l'est : don de poeme.


  • Résumé

    The scene of this play is a cemetery, a city of the dead, and the play stages not only the illness and the "state of mourning" of our times, or the city that is the world of our western democracies, but it also stages language, the a gun that language fights in a theatre that is also the theatre of a trial as in greek tragedy. The play thinks and stages theatre and poetry. It is a poem by itself, and my lecture concerns rather the work of writing than the theatrical action. I tried to hear the philosophy that is expressed by the theatrical form. The reading follows the scenes, which are like chapters, each exploring a different motivating question. They succeed one another, following a mental and philosophical logic, related to the different libidinal economies that struggle with each other, represented by the characters and their manners of speaking. The driving force of the play is the desire for justice, a desire that is transformed as the play progresses. The question of how this desire searches (its way), how it expresses itself, how it is productive or destructive, is investigated through a reflection on creative language and on legal language. The desire of a justice that is heterogeneous to the legal system leads to the question of a messianic day of an apocalypse that happens, paradoxically, all the time in the light of a fantomatic day haunted by the future. Turning to "la fiancee juive" and "messie" i than explore the simultaneity of two different temporalities, anachronic and diachronic. The question of a kind of writing the material of which is silence itself is connected with two important terms of "la ville parjure" : perjury, which underlies all intentional language, and pardon. The writing of cixous searches and waits for pardon, even something beyond, and in the same time it is pardon itself: gift (don) of the poem.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol., 560 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 134 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.