Une nouvelle cible cellulaire et un nouveau recepteur pour le virus de la rage : implications pour la pathogenese

par MARIA-ISABEL THOULOUZE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques fondamentales et appliquées

Sous la direction de MONIQUE LAFON.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Nous avons etabli que les lymphocytes sont une cible cellulaire du virus de la rage, et que ncam (cd56), present a la surface des lymphocytes actives, des cellules nk, des neurones et des myotubes, est un recepteur pour ce virus. L'infection des cellules jurkat par la souche du virus rabique vaccinale era provoque leur apoptose. Ce processus debute 18 heures apres infection, parallelement a la synthese de la glycoproteine virale (g), et n'inhibe pas la production virale. Le niveau d'expression de bcl-2 dans les cellules infectees augmente des 2 jours post infection. Cette regulation s'accompagne d'une reduction de l'apoptose et de l'etablissement de cultures infectees de facon persistantes. L'apoptose des cellules infectees peut etre inhibee par la surexpression de bcl-2 dans les cellules jurkat, sans que les caracteristiques du cycle replicatif de era ne soient modifiees. C'est le premier exemple connu d'infection virale, dans lequel c'est la souche apathogene qui induit l'apoptose des cellules infectees. L'apoptose des lymphocytes infectes par les souches rabiques vaccinales ne serait pas neutre du point de vue immunologique : la liberation de corps apoptotiques pourrait faciliter la reconnaissance des antigenes viraux par le systeme immunitaire. Le role de ncam comme nouveau recepteur du virus de la rage a ete demontre in vitro par : (1) inhibition de l'infection par des ligands de ncam. (2) neutralisation du pouvoir infectieux du virus rabique par ncam purifiee (3) infection de cellules resistantes transfectees avec un adnc de ncam. L'utilisation de souris ncam-deficientes a permis de conforter ces resultats in vitro et in vivo. Ncam appartient a la superfamille des immunoglobulines, molecules strategiques dans l'invasion

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 237 p.
  • Annexes : 210 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.