Amelioration du diagnostic de pathologies tumorales et/ou virales dans les epithelia digestifs et ano-genitaux par diverses techniques de biologie moleculaire in situ

par FRANCINE WALKER

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de THERESE LEHY.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a pour sujet la mise au point de diverses techniques de biologie moleculaire in situ pour ameliorer la mise en evidence soit des arnms de la gastrine dans l'antre et les gastrinomes soit de l'adn ou de l'arn de certains virus parfois impliques dans la carcinogenese. Ces techniques incluent l'hybridation in situ (his) classique avec des sondes radioactives ou froides avec ou sans amplification du signal (polymere de dextran ou tyramide), et des techniques d'amplification genique in situ avec ou sans transcription inverse selon le genome adn ou arn du virus recherche dans les lesions (pcr in situ, rt-pcr in situ). Une revue generale des principes de ces techniques ainsi que leurs interets et limites a ete realisee. 1) dans le premier travail datant de 1992, nous avons pu etudier l'expression des arnms de la gastrine dans la muqueuse antrale et les tumeurs endocrines chez des sujets atteints d'un syndrome de zollinger ellison. Cette etude a ete conduite avec une sonde d'adnc de gastrine humaine radioactive combinee a une analyse immunohistochimique optique et ultrastructurale. Elle souligne l'apport decisif de l'his pour localiser l'expression de ce peptide hormonal dans les cellules g de la muqueuse antrale et les tumeurs parfois immunonegatives et ne contenant a l'echelon electronique que des grains de secretion indifferencies. 2) le second travail a porte sur le role et la prevalence des papillomavirus humains (pvh) dans les lesions intraepitheliales anogenitales des femmes vih+. Nous avons developpe pour l'occasion des techniques de pcr in situ. Par his seule 67% soit 20 femmes sur 30 avaient une ou plusieurs lesions a pvh sur une ou plusieurs localisations genitales alors que par pcr-his 90% de ces memes femmes soit 27 femmes etaient pvh positives. Cette technique a donc permis d'ameliorer la sensibilite du diagnostic et d'aider a la comprehension des relations entre les pvh et les cancers anogenitaux. 3) le troisieme travail a porte sur l'expression du virus de l'hepatite c (vhc) avant et apres traitement par interferon dans le foie de sujets ayant une hepatite c chronique. La technique de rt-pcr in situ que nous avons developpee a ete positive sur toutes les biopsies etudiees. Le signal est nucleaire ou perinucleaire parfois associe a un marquage cytoplasmique. Cette etude suggere la persistance de l'infection virale dans le foie des sujets repondeurs au traitement meme lorsque les techniques virologiques classiques dans le serum sont negatives. 4) les deux derniers travaux ont porte sur la recherche du virus de l'hepatite b (vhb) et demontrent la grande sensibilite de la technique pour depister les infections persistantes, meme en l'absence des marqueurs virologiques habituels. L'ensemble des travaux rapportes dans ce memoire demontre l'interet des techniques de biologie moleculaire in situ dans le diagnostic des tumeurs endocrines et dans la surveillance des infections virales en pathologie humaine.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 245 p.
  • Annexes : 533 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.