Contribution à l'étude de la structure et de la dynamique des protubérances solaires

par Sorin-Adrian Pojoga

Thèse de doctorat en Astrophysique et techniques spatiales

Sous la direction de Zadig Mouradian.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

Le président du jury était Marcello Fulchignoni.

Le jury était composé de Brigitte Schmieder.

Les rapporteurs étaient Jean-Claude Vial, Petr Heinzel.


  • Résumé

    Dans cette thèse, je me suis concentré principalement sur la structure thermique des protubérances solaires. L'analyse effectuée est basée sur des observations dans des raies EUV, formées dans différentes couches de température de la protubérance (T = 10 4-10 6 K). Ce travail a été motivé par les nombreuses questions encore existantes sur les caractéristiques géométriques et physiques de la structure fine et de sa région de transition. Je me suis d'abord intéressé à la configuration thermique de la structure fine à travers l'analyse des observations EUV de quelques protubérances caractéristiques. Nous avons trouvé une bonne corrélation entre les intensités des raies émises dans différentes couches de température. Ce résultat montre que la structure fine est constituée d'un noyau froid entouré d'une région de transition chaude. La deuxième partie de mon travail est consacrée à l'analyse statistique de la structure fine. Nous avons élaboré ainsi plusieurs modèles statistiques basés sur différentes hypothèses sur l'origine des fluctuations d'intensité, notamment le nombre d'éléments sur la ligne de visée et la distribution des certaines propriétés physiques. Plusieurs géometries de la structure fine, ainsi que plusieurs approches pour le transfert du rayonnement ont été considérées dans cette modélisation. La comparaison avec les observations nous a permis de déterminer que le nombre moyen d'éléments sur la ligne de visée est entre 5 et 150. Une troisième partie présente une analyse des phénomènes dynamiques, à l'aide d'une nouvelle méthode pour l'obtention des vitesses perpendiculaires sur la ligne de visée. Nous avons montré que des mouvements similaires gouvernent aussi bien les régions froides de la protubérance que les parties plus chaudes de la zone de transition, résultat qui confirme la répartition des couches mentionnée précédemment. L'étude des disparitions brusques appuie sur la distinction entre les deux classes des disparitions : dynamiques et thermiques.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Contribution à l'étude de la structure et de la dynamique des protubérances solaires


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (204 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 163 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?