Caracterisation du gene insulin-like 4 humain et analyse de son expression au cours du developpement embryonnaire et de la differenciation des cytotrophoblastes

par Anne Laurent

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Michel Vidaud.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les cellules trophoblastiques possedent certaines caracteristiques des cellules tumorales et representent par consequent une source potentielle de facteurs impliques dans la tumorigenese. Le criblage d'une banque d'adnc soustraite, enrichie en sequences preferentiellement exprimees dans les cellules cytotrophoblastiques humaines, a permis l'isolement d'un clone de 615 nucleotides presentant une phase ouverte de lecture de 420 residus susceptible de coder un polypeptide potentiel de 139 acides amines. Le gene correspondant a ete denomme insl4 (insulin like 4) en raison des similitudes de sequence proteique avec les membres de la famille de l'insuline qui regroupe l'insuline (ins), la relaxine (rln), les insulin-like growth factor i et ii (igfi, igfii), et l'insulin-like 3 (insl3). L'analyse des transcrits du gene insl4, a la fois in vivo et in vitro, a permis de montrer que le gene insl4 etait tres vraisemblablement implique dans la differenciation trophoblastique. Cette hypothese a ete confortee par la demonstration que le gene insl4 presente deux des caracteristiques communes aux genes exprimes specifiquement dans le trophoblaste humain. D'une part, il est, comme les genes codant la sous-unite de l'hcg et l'hpl, specifique des primates et serait issu de la duplication d'un gene ancestral commun a tous les mammiferes, le gene rln. Le gene insl4 et les deux genes rln (rln1 et rln2) sont, chez l'homme, regroupes en 9p24. 1 sur un fragment n'excedant pas 100 kb. D'autre part, comme la leptine et la pleotrophine, son expression trophoblastique est sous la dependance d'une sequence retrovirale de type herv absente du promoteur des genes rln. Par hybridation in situ, nous avons egalement montre que le gene insl4 etait exprime tres precocement au cours du developpement embryonnaire humain au niveau du perichondre et des ligaments. Ce profil d'expression et sa localisation chromosomique nous ont conduit a rechercher son implication dans le syndrome 9p-. En collaboration avec le groupe du pr. Marc fellous, il a ete possible d'exclure le gene insl4 de la region chromosomique minimale deletee dans ce syndrome.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 153 p.
  • Annexes : 229 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.