Nutrition et developpement du pancreas : effet de la malnutrition intra-uterine ou perinatale sur le developpement du pancreas endocrine chez le rat

par ANNA GAROFANO

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Paul Czernichow.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Des donnees epidemiologiques recentes suggerent que certains diabetes de l'adulte pourraient etre programmes dans la vie intra-uterine suite a une insuffisance nutritionnelle et l'hypothese d'une anomalie de developpement des cellules a ete evoquee. Nous avons etudie le developpement des cellules suite a une malnutrition calorique globale chez le rat. Deux modeles ont ete mis au point : 1) l'un provoque un retard de croissance irreversible (malnutrition foetale poursuivie jusqu'au sevrage, animaux r). 2) le deuxieme modele ne met en jeu qu'une malnutrition foetale (animaux r/c) et a des consequences differentes sur le plan ponderal, sur la masse endocrine et l'homeostasie glucidique. 1) les animaux nes avec un rciu severe et malnourris en periode perinatale presentent un retard de croissance somatique irreversible. La malnutrition foetale diminue la masse de cellules a la naissance et le nombre de cellules n'augmente pratiquement pas jusqu'au sevrage si l'on prolonge la malnutrition. L'etude des mecanismes impliques dans cette alteration suggere que la malnutrition in utero affecte le processus de neogenese mais pas la proliferation. Au cours de la malnutrition postnatale, la capacite proliferative n'est toujours pas affectee, mais l'apoptose est 2 fois plus importante dans les cellules. La destruction des cellules par la streptozotocine a la naissance n'est pas suivie de la recuperation du nombre d'ilots, suggerant que la neogenese est alteree. Apres une renutrition normale depuis le sevrage, on observe une regeneration notable mais insuffisante du stock de cellules , surtout dans la partie caudale du pancreas, en partie due a une augmentation de la proliferation, malgre l'augmentation du nombre de cellules apoptotiques. Le vieillissement place sur les cellules une demande accrue en insuline, a laquelle les animaux ne peuvent faire face en augmentant le nombre de cellules , ce qui se traduit sur le plan morphologique par un nombre important d'ilots degranules et sur le plan fonctionnel par une profonde insulinopenie et l'intolerance au glucose. En conclusion, la malnutrition foetale et postnatale altere le processus de neogenese et augmente l'apoptose dans les cellules , mais n'altere pas leur proliferation. La nutrition foetale et neonatale joue donc un role crucial dans l'equilibre de la masse de cellules a l'age adulte. 2) le retour a une nutrition normale depuis la naissance (animaux r/c) est rapidement suivi d'une recuperation totale du poids du corps et du pancreas. Malgre cela, le nombre de cellules est diminue de 50% au sevrage en depit d'une proliferation normale. A l'age adulte, ces animaux presentent un nombre de cellules et une tolerance glucidique normales. A un age plus avance, l'association d'une intolerance moderee au glucose et d'une reponse insulinique identique aux temoins, suggere, en depit d'un nombre de cellules normal, une inadaptation des besoins insuliniques qui pourrait etre evocatrice d'une insulino-resistance peripherique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 171 p.
  • Annexes : 203 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.