Modele cellulaire de toxicite neuronale et de degenerescence neurofibrillaire de type alzheimer : etudes du peptide amyloide, de l'apolipoproteine e et de l'hyperphosphorylation des proteines tau

par CATHIA SOULIE

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Marie-Laure Caillet-Boudin.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La maladie d'alzheimer est caracterisee par la presence de plaques seniles et de degenerescence neurofibrillaire constituees respectivement par l'accumulation du peptide amyloide et des proteines tau hyperphosphorylees. Afin de comprendre les relations eventuelles entre ces deux lesions, nous avons recherche la toxicite de certains composants des plaques seniles et de l'acide okadaique inducteur de l'hyperphosphorylation des proteines tau. Cette etude a ete realisee sur les cellules sknsh-sy 5y issues de neuroblastome humain differenciables par le ngf. Dans le cadre d'un modele de degenerescence de type alzheimer, il etait important de savoir si cette lignee synthetisait ou non l'apo e. En effet, l'apo e est un marqueur genetique de la maladie et est retrouvee au sein des deux principales lesions histologiques. Nous avons mis en evidence la synthese d'apo e par ces cellules sy 5y, ainsi qu'une regulation de la quantite d'arn messagers par l'apo e exogene ou le ngf au cours de la differenciation cellulaire. Afin d'etablir un modele cellulaire de maladie d'alzheimer, nous avons recherche la toxicite cellulaire du peptide amyloide 1-42, des differentes isoformes de l'apo e et de l'acide okadaique (ao). Nous avons montre que ces trois produits sont toxiques, mais le peptide amyloide induit une mort cellulaire par apoptose a une concentration non physiologique de 80 m. Seul l'ao est capable de provoquer une hyperphosphorylation des proteines tau. La combinaison de deux produits potentialise l'effet neurotoxique de chaque produit. En conclusion, notre travail est la premiere demonstration d'une synthese d'apo e par des cellules de type neuronal et cette synthese peut etre regulee lors de la differenciation. Nos travaux indiquent que le peptide amyloide seul n'est certainement pas un acteur majeur de l'ethiopathogenie de la maladie d'alzheimer. Par contre, l'apo e semble participer a la dynamique du processus degeneratif avec une modulation selon l'isoforme.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 315 P.
  • Annexes : 769 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.