Etude de la famille de genes codant pour les glycophorines a, b et e humaines : analyses structurales et bases moleculaires de la regulation transcriptionnelle et post-transcriptionnelle de l'expression des genes gpa, gpb et gpe

par CECILE RAHUEL

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Jean-Pierre Cartron.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les glycophorines a (gpa) et b (gpb) sont les sialoglycoproteines majeures de la membrane du globule rouge. Elles portent respectivement les antigenes de groupe sanguin mn et ss. Nous avons etudie la structure des genes gpa et gpb, et mis en evidence un troisieme gene, gpe, membre de la meme famille. Les trois genes sont organises dans le sens 5 gpa-gpb-gpe 3, et definissent le locus gyp situe sur le chromosome 4, en position q28-31. Les genes sont extremement homologues entre eux, sauf pour les parties 3 non-codantes des genes gpb et gpe qui divergent completement de la sequence 3 non-codante du gene gpa. Cette divergence est due a une recombinaison entre des sequences alu apres duplication du gene gpa ancestral. Nous avons clone et analyse les sequences promotrices des trois genes sur 350 nt en amont du site d'initiation de la transcription, et montre qu'elles ne presentent que quelques mutations ponctuelles les unes par rapport aux autres. Nous avons mis en evidence que ces divergences n'influaient pas sur les taux de transcription des trois genes tout-a-fait comparables entre eux. Par contre, nous avons montre que des differences de stabilite des arn messagers correspondant aux trois genes peuvent rendre compte des differents taux d'arnm et des differences d'expression des glycophorines abe sur la membrane erythrocytaire. Nous avons analyse de maniere detaillee le promoteur gpb, et mis en evidence les sequences en cis, et les facteurs en trans impliques dans l'initiation de la transcription, le niveau d'expression et la specificite erythroide de l'expression du gene. Cette derniere analyse nous a permis de definir un modele de regulation, ou un represseur inhibe la transcription du gene dans les tissus non erythroides, et ou hgata-1, un facteur erythroide, deplace le facteur inhibiteur par competition et leve ainsi la repression dans les tissus erythroides.

  • Titre traduit

    Study of the gene family coding human glycophorins a, b and e. Structural analysis and molecular basis of transcriptional and post transcriptional regulation of gpa, gpb and gpe gene expression


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 208 P.
  • Annexes : 417 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.