Geste, acte graphique et inférence : la communication au-delà du code

par Guy Barrier

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Michèle Gabay.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .


  • Résumé

    Deux modalités expressives sont analysées: le geste lie aux interactions et le geste graphique. On s'interrogera donc sur les fonctions indicielles et communicatives de ces productions, en se positionnant aussi bien à l'écart du syncrétisme interprétatif des théories naïves que des a prions positivistes. On s'efforcera de montrer quelles sont les inférences que peut produire le receveur a propos de ces actes expressifs et de quelle manière les impressions ainsi formées infléchissent la communication orale ou écrite. Ceci nécessite de dépasser les modèles codiques ainsi que ceux de la "structure close" afin de redonner toute place aux modalités qualitatives de réalisation des actes, qui en tissent le contexte interpersonnel, produisent des effets pragmatiques et permettent d'inférer des intentions. Les actes paraverbaux et graphiques sont considérés en fonction des variations d'intensité des mouvements, selon leurs paramètres d'expansivité, de tonicité, de continuité, de tempo, de souplesse ou (ou/et au choix) de coordination, surdéterminés par la dynamique tension versus relâchement. Ces modulations vectorielles du flux comportemental peuvent avoir valeur d'indice et permettre d'induire un style de présence corporelle de l'émetteur. Dans d'autres cas elles communiquent quelque intention et lui permettent de négocier "l'image adéquate" sur le marche du signe, par un travail d'apparence et de contrôle. Il est démontre que les actes paraverbaux et le geste graphique varient en fonction du contexte cognitif, affectif, social et interlocutoire. Le corpus graphique et le corpus non-verbal permettent de constater que les modulations spatio, temporelles jouent un rôle décisif dans ce processus intersubjectif et mimo-cinétique. On montre également que l'observation phénoménologique et les méthodes fréquentielles, menées sur les deux fronts, permettent de rendre compte de la nature continue et discontinue des processus, d'appréhender les composantes de forme et les composantes de mouvement co-mobilisées durant l'interprétation.


  • Résumé

    In this work two types of expressive movements are analysed: gestures linked to interactions and graphic gestures. Indexical and communicative functions of these productions are investigated, keeping at a distance both from interpretative syncretism used by naive theories and positivist a prioris. This phenomenon cannot be handled either from the perspective of the code model, or from the closed structure point of view. It is useful to pay attention to the qualitative modulations of these acts, which form interpersonal contexts, generate pragmatic effects, and permit to infer intentionality. Paralinguistic acts are considered according to the intensity variations of movements, and depending on parameters such as expansivity, tonicity, continuity, tempo, flexibility, and coordination. These parameters are overdetermined by dynamic versus slackening, tension. These vectors of behavioural flow may have index value and permit one to induce the style of the corporal presence of transmitters. In other circumstances they communicate and enable one to negotiate adequate images by means of signs, thanks to work and control of the face. In fact paralinguistic acts and graphic gestures vary in regard to cognitive, affective, social, and interlocutive contexts. Graphic and non-verbal corpora allow one to notice that spatial-temporal modulations play a decisive role in intersubjective and mimic-cinetic processes. It is suggested that the phenomenological observation and frequential methods, treated from both sides, enable one to take into account the continued and discontinued nature of a process, and to understand which structure components and movement components are co-mobilised during interpretation process.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol., 520 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 550 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (1998) 041

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 6673
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.