Le Famadihana : rite, sacre et pouvoir dans un culte d'exhumation des morts familiaux, sur les hauts plateaux de Madagascar : interprétation et (re)construction psychanalytiques

par Pierre-Loïc Pacaud

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Sophie de Mijolla-Mellor.

Soutenue en 1998

à Paris 7 .


  • Résumé

    La presente etude psychanalytique redefinit le culte familial comme un rite et s'etaye sur les deux topiques freudiennes en reference au contexte social, culturel, rituel autour de notions cles : 1) la filiere des tombeaux au principe de l'echange entre morts et vivants; 2) le hasindrazana et la brillance du principe ancestral au fondement de l'echange; 3) le tsiny, l'angoisse de conscience, source collective de l'echange. L'elaboration part d'une tabula rasa des interpretations du rite, recentree autour du conflit collectif ambivalentiel restitue depuis l'ethnographie du rite et les significations latentes des contenus semantiques du rite, et sur leurs destins divergents. A l'actualisation animiste et projective du conflit ambivalentiel et aux destins divergents sont joints respectivement les types de censure : refoulement et deni. La mise au jour de la + verite historique ; du rite y succede par une analyse des contenus contextuels et de leurs relations, dans lesquelles le rite repete le mythe (absent en tant que tel). Le hasindrazana est analyse a partir de l'ancien rite de bain royal et correspond au noyau originaire du pouvoir; son mode d'appropriation rappelle le mythe freudien de la horde que les rites figurent in-situ, en tant que substitut d'accomplissement de desir. Le desir initial de l'ancetre d'effectuer le rite releve de la toute puissance animiste : pouvoir de contrainte sur les vivants; l'appel des ancetres est le cri de l'angoisse du groupe. Le kabary est restitue comme figuration d'un meurtre collectif et appropriation du pouvoir de l'omnipotent dans le meme temps ou le groupe des freres y renonce en vertu de sa culpabilite. L'acte rituel figure la haine assouvie et l'amour triomphant en analogie avec l'oscillation melancolie/manie, mais selon des processus psychiques analogues a ceux de la nevrose obsessionnelle. Un lien est suggere entre les gestes rituels successifs qui repetent l'eviction meurtriere de l'omnipotent et la tentative de reconciliation avec l'omnipotent dechu et magnifie.


  • Résumé

    This psycho-analytic study define the familial worship of famadihana, as a ritual, and lean on the two topographical conceptions of freud, connected with the cultural, social and ritual context, from important notions among merina conceptions : 1) the tombs organisations seems as the principle of exchange beetween the living and the dead; 2) hasindrazana as agalma from ancestral principle constitue the foundation of symbolic exchange; 3) tsiny or consciousness anxiety as communities authority to organize the worship. My construction begin with a tabula rasa of the previous interpretations of ritual, then build from ambivalence and psychical conflict released from ethnography and latents contents and sens of ritual, and since their divergent fate. From animist and projective actualization of ambivalential conflict, and at the divergent fates communicate respectively some typical censorships : repression and disavowal. The discovery of + historical truth ; of rite make progress by an analysis of context contents and their relationship into wich one the worship repete the myth (missing like such as). Hasindrazana is analysed from the ancient rite of fandroana and correspond to the native core of power, his appropriation process remind the myth, and the rites represent the process in situ, like a substitute of carrying cut of wish. The initial wish of ancestor to realize the rite, is a matter for animist omnipotent power : power of constrained on the living; the call of ancestors is the anxiety cry of the community; kabary is released as a representation of collective murder and apropriation of omnipotent power, in the same time that the brothers communitie give up to it, by guilt. The ritual action represente the hatred satisfayed and victory of love in analogy with mania/melancholy fluctuations, but in accordance with psychical process similar to obsessional neurosis. A connection is made beetween successive ritual actions who repete the supplanting murderess of omnipotent and the attempt of reconciliation with the omnipotent deposed and consacrated.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par L'Harmattan à Paris et par L'Harmattan Hongrie à Budapest et par L'Harmattan Italia à Torino

Un culte d'exhumation des morts à Madagascar : le Famadihana : anthropologie psychanalytique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (499 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 478-499

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (1998) 030
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 136 640
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par L'Harmattan et par L'Harmattan Hongrie et par L'Harmattan Italia à Paris

Informations

  • Sous le titre : Un culte d'exhumation des morts à Madagascar : le Famadihana : anthropologie psychanalytique
  • Dans la collection : Espaces théoriques , 1281-5276
  • Détails : 1 vol. (356 p.)
  • ISBN : 2-7475-4491-5
  • Annexes : Bibliogr. p. 341-356. Glossaire p. 335-340
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.