Signalisation membranaire des steroides dans les osteoblastes

par VERONIQUE LE MELLAY

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de MICHELE LIEBERHERR.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les hormones sexuelles et la vitamine d jouent un role essentiel dans le remaniement osseux. Le mecanisme d'action classique de ces steroides passe par l'activation de recepteurs cytosoliques/ nucleaires qui modulent l'expression de genes specifiques. Dans le tissu osseux, seuls les osteoblastes (ob), cellules responsables de la formation de la matrice organique et de sa mineralisation, possedent de tels recepteurs. Cependant, certains effets biologiques de ces steroides ne peuvent pas s'expliquer par ce mode d'action classique steroides. En effet, l'stradiol et le calcitriol, metabolite actif de la vitamine d, augmentent en moins de 5 secondes la concentration intracellulaire de calcium dans les ob de rattes via une mobilisation de calcium a partir du reticulum endoplasmique, consecutive a la formation d'inositol 1,4,5 triphospate (ip 3), et un influx de calcium a partir du milieu extracellulaire au niveau de canaux calcium voltage-dependants. Nous avons montre que, tout comme le calcitriol et l'stradiol, la progesterone exerce des effets membranaires sur les ob de rattes se caracterisant par une mobilisation de calcium a partir du reticulum endoplasmique via la formation d'ip 3 est issu de l'hydrolyse du pip 2 apres activation d'une phospholipase c via une proteine g. Nous avons caracterise la presence des plc (plc 1, plc 2, plc 3 plc 1 et plc 2) et des proteines g (gq, g11, gi13, gs, g14 et g1) dans les ob de rattes. Puis nous avons montre que le calcitriol, l'stradiol et la progesterone stimulent la liberation de calcium a partir du reticulum endoplasmique et la formation d'ip 3 via des plc de type activees par des proteines g sensibles ou non a la toxine pertussique. La plc1 et les plc 1 et plc 3 sont impliquees dans les actions membranaires du calcitriol et de la progesterone respectivement, et sont activees par les sous-unites gq/11. Alors que l'stradiol met en jeu l'activation d'une plc 2 via les sous-unites 2 via les sous-unites des proteines g sensibles a la toxine pertussique. Ces donnees nouvelles sont une etape decisive pour la caracterisation des recepteurs membranaires de ces deux hormones steroidiennes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 170 p.
  • Annexes : 200 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.