Bases physiologiques, comportementales et genetiques d'une specialisation ecologique : relation entre drosophila sechellia et deux acides caracteristiques de sa plante hote

par MOHAMMED AMLOU

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de JEAN ROBERT DAVID.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a cherche dans quelle mesure deux composes, abondants dans le fruit mur de morinda citrifolia l'acide hexanoique (c6) et l'acide octanoique (c8), peuvent expliquer la relation etroite entre drosophila sechellia et sa plante hote. Des resultats dans l'ensemble assez concordants avec ceux obtenus avec le fruit, ont ete obtenus. Les adultes de d. Sechellia se sont reveles tres tolerants aux deux acides, alors que ceux de d. Simulans sont tres sensibles. La tolerance des hybrides f1 est intermediaire entre celles des parents. Les adultes issus des retrocroisements avec les males des deux especes parentes, montrent egalement un determinisme genetique additif. Des essais d'introgression par selection, de la resistance de d. Sechellia chez d. Simulans, ont echoue. Ce resultat suggere une forte contre-selection des genotypes heterozygotes et une incompatibilite des genomes de d. Sechellia et d. Simulans. Pour les larves, on retrouve des resultats analogues a ceux des adultes. Chez d. Simulans les larves sont sensibles aux deux acides. D. Sechellia est resistante au c6 et au c8, cependant elle est beaucoup plus tolerante au c8 (acide majoritaire dans le fruit) qu'au c6. Ce resultat, different de ce qu'on a trouve chez les adultes, suggere une adaptation specifique des larves de d. Sechellia a l'acide octanoique. La comparaison de la tolerance des hybrides et des deux backcrosses d'une part, et celle des especes parentes d'autre part, revele une dominance tres nette et assez inattendue des genes de sensibilite de d. Simulans. D. Sechellia pond preferentiellement sur le c6 et le c8, alors que les autres especes generalistes montrent une nette aversion vis-a-vis de ces deux acides. Chez d. Sechellia, la preference est plus nette pour le c6. Chez les hybrides f1, les resultats sont fortement influences par la concentration. Il ressort de l'ensemble du travail que deux acides reproduisent, le plus souvent, les effets observes avec le morinda. La comparaison des deux acides ainsi que l'usage de concentrations variees revele une grande complexite des caracteres physiologiques et comportementaux etudies. Dans certains cas (attraction des adultes et stimulation de l'ovogenese des femelles) les acides ne semblent pas reproduire les effets du morinda et l'intervention d'autres composes chimiques reste possible.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 144 p.
  • Annexes : 106 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.