Toxines des cyanobacteries d'eau douce : methodes de detection analytiques et bioanalytiques, determination et identification dans l'environnement, elimination lors du traitement des eaux

par CORINNE RIVASSEAU

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Marie-Claire Hennion.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Certaines cyanobacteries d'eau douce synthetisent des toxines qui ont cause la mort de nombreux animaux et peuvent promouvoir des tumeurs a partir de 0,1 g/l. Le but de ce travail est de developper des methodes sensibles pour detecter les microcystines (toxines les plus frequentes) dans les eaux et les cyanobacteries et d'etudier les moyens de leur elimination. Bien qu'elles soient hydrophobes, les microcystines sont neutres ou anioniques en milieu naturel et se retrouvent plutot dans l'eau qu'adsorbees sur les sediments ou les particules en suspension. Pour les determiner a l'etat de traces, une preconcentration par extraction liquide-solide suivie d'une analyse en ligne ou en differe par microchromatographie en phase liquide sur colonne de 1 ou 0,32 mm de d. I. A ete developpee. La technique en ligne permet d'acceder a 20 ng/l dans les eaux potables et 40 ng/l dans les eaux de surface (detection uv). Une detection par spectrometrie de masse confirme l'identification. Un nouveau support d'immunopreconcentration, retenant selectivement les microcystines, a aussi ete teste. L'etude de la production de toxines dans des cultures de microcystis et oscillatoria a mis en evidence la microcystine-lr (200 g/l dans des cultures agees) et de nombreuses autres variantes. Dans des echantillons provenant de retenues naturelles, les microcystines-lr (la plus ubiquiste), -rr, -yr et deux autres variantes ont ete detectees a 2-150 g/g dans les cellules et 0,04-10 g/l dans l'eau. Des methodes depistant un contenu global en microcystines ont aussi ete evaluees. Les tests elisa sont utilisables dans la gamme 0,15-1 g/l (ci 5 0 = 0,2 g/l). Un test d'inhibition de phosphatase a ete mis au point. Il permet d'estimer la concentration dans la gamme 0,4-10 g/l et d'affiner la determination dans la gamme 0,2-0,8 g/l (ci 5 0 = 0,4 g/l). Les microcystines sont totalement detruites par l'ozone, degradees a plus de 99% par l'acide hypochloreux en 4h, le dioxyde de chlore etant peu efficace.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 267 p.
  • Annexes : 274 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.