Les proteines apparentees a l'arrestine visuelle : expression et immunolocalisation dans les tissus oculaires, une lignee cellulaire megacaryocytaire (hel) et un medulloblastome

par CORINNE NICOLAS LEVEQUE

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Massoud Mirshahi.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les arrestines sont des proteines largement reparties dans le regne animal. Leur fonction actuellement connue est de participer a la regulation des systemes de transduction de signaux ou interviennent des recepteurs a sept domaines transmembranaires et couples aux proteines g. Nous avons produit au sein du laboratoire des anticorps monoclonaux et polyclonaux, diriges contre differents epitopes soit communs aux differentes arrestines ou d'autres permettant de les distinguer. Grace a la biologie moleculaire, nous avons utilise des sondes specifiques des arrestines identifiees jusqu'a present pour etudier leur expression dans divers tissus et cellules. Cela nous a permis d'identifier par le sequencage les arrestines impliquees. Nous avons demontre, pour la premiere fois, l'expression d'arnm codant pour une arrestine apparentee a l'arrestine visuelle (la -arrestine 1) dans la retine, d'autres tissus oculaires (fibroblastes corneens, epithelium du cristallin), les cellules epr (epithelium pigmentaire de la retine) et dans des cellules cancereuses : une lignee cellulaire hel (human erythroleukemia cells) ayant des caracteristiques megacaryocytaires et dans les medulloblastomes. Par ailleurs, nous avons montre que l'arrestine visuelle est exprimee dans les cellules epitheliales pigmentaires de la retine (epr). Elle pourrait intervenir dans un stade precoce de l'inflammation de l'uvee. Notre interet pour la recherche d'arrestines dans les tissus oculaires, d'autres tissus et une lignee cellulaire resulte de l'importance de cette famille de proteines regulatrices tres conservee au cours de l'evolution. L'ensemble de nos resultats nous amenent a nous interroger sur les differents roles physiologiques possibles de ces molecules.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 328 p.
  • Annexes : 243 ref.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1998PA066261
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.