Adrenoleucodystrophie liee a l'x : therapie genique et physiopathogenie

par NATHALIE DOERFLINGER

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de PATRICK AUBOURG.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'adrenoleucodystrophie (ald) est une maladie demyelinisante du systeme nerveux central dont les formes cerebrales ont une issue fatale chez l'enfant. Le seul traitement efficace est la greffe allogenique de moelle osseuse, a un stade precoce de la maladie. L'absence de donneurs compatibles et les risques de la greffe en limitent l'utilisation. Mon travail a eu pour but d'evaluer la faisabilite d'une approche de therapie genique visant a proposer une greffe autologue de cellules souches hematopoietiques aux patients atteints d'ald, apres transfert ex vivo d'une copie normale de l'adnc du gene ald. En utilisant un retrovirus derive de moloney, j'ai demontre que l'on pouvait transferer et faire exprimer le gene ald dans 20% des cellules cd34#+ de patients ald. J'ai ensuite demontre le maintien de l'expression du gene ald dans ces cellules, apres 5 semaines de culture a long terme, ainsi que dans les cfu (colony forming units) derivees, confirmant ainsi la transduction efficace de ltc-ic (long term culture-initiating cells), potentiellement capables de reconstituer un systeme hematopoietique in vivo. L'expression du gene ald dans ces cellules a permis d'en corriger le phenotype biochimique (accumulation des acides gras a tres longue chaine) et ce, en particulier, dans les monocytes/macrophages, cellules cibles de notre approche de therapie genique. Chez la souris normale, j'ai demontre que la greffe syngenique de cellules hematopoietiques, prealablement transduites avec le meme vecteur retroviral, permettait de faire exprimer a long terme le gene ald humain dans les macrophages spleniques. Parallelement, j'ai demontre que les genes ald et aldr (hemitransporteurs abc peroxysomiaux les plus homologues) avaient, chez la souris, une expression en miroir dans la plupart des tissus, suggerant que les proteines codees par ces deux genes ne formeraient pas d'heterodimere de maniere obligatoire et qu'ils pourraient remplir des fonctions identiques ou redondantes.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 173 P.
  • Annexes : 278 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.