Contribution a l'exploration fonctionnelle de la parole : acces a la forme des mots

par ANNE-CATHERINE BACHOUD LEVI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Jacques Mehler.

Soutenue en 1998

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Comment fait-on pour passer de l'intention de parler a l'articulation ? pour le savoir, 15 experiences, mesurant des latences de denomination sur des volontaires sains, ont etudie le role de la syllabe lors de la production de mots. Par une methode d'induction, nous avons verifie que des trames guidaient l'assemblage des unites phonologiques (les syllabes, les phonemes) lors de la planification du mot. Nous avons compare les temps de reaction (tr) lors de la denomination de mots identiques sur un parametre donne (contexte homogene) a la denomination des memes mots dans des listes variees sur le meme parametre (contexte mixte). La diminution des tr en contexte homogene montre que le nombre de syllabes des mots et la structure consonne-voyelle des syllabes sont codes dans deux trames. Mais les effets de contexte lies au nombre de syllabes n'affectaient que les monosyllabes et pas les bisyllabes et ceux lies a la structure syllabique que les non-mots et pas les mots monosyllabiques. Les monosyllabes auraient deux voies de traitement : l'une, commune a tous les mots du lexique, suivant un assemblage du plan articulatoire ; l'autre, specifique, activant directement des syllabes atomiques stockees dans un syllabogene. L'existence, admise jusqu'ici, d'un effet de longueur en denomination (une augmentation des tr des mots proportionnelle a leur nombre de syllabes) suggerait que les syllabes sont programmees du debut vers la fin du mot et que l'ensemble du mot est planifie pour qu'on puisse commencer a parler. Cinq experiences rejettent son existence (2 en francais et 3 en anglais, controlees pour l'accent des mots). La denomination des dernieres syllabes et des rimes de monosyllabes et de polysyllabes confirme que les syllabes sont programmees du debut vers la fin du mot (en 20 a 30 ms pour chaque syllabe) mais les sujets commencent a parler des qu'ils ont programme la premiere syllabe du mot : une induction est obtenue sur la structure de la premiere syllabe de bisyllabes mais pas sur la seconde. L'etude d'une patiente aphasique a montre que le debit de parole est regule grace a une memoire articulatoire interposee entre l'encodage phonologique et l'articulation. Toutes ces experiences montrent que les processus de production de la parole ne sont pas rigides mais possedent un certain degre de flexibilite permettant de s'adapter aux taches.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 348 P.
  • Annexes : 215 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1998
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.