Le traitement temporel de la durée des intervalles : mécanisme supramodal et rôle de la mémoire

par Nathalie Panissal

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-François Camus.

Soutenue en 1998

à Paris 5 .


  • Résumé

    Les processus impliqués dans le traitement temporel des intervalles inclus dans des séquences sont étudiés en mesurant la sensibilité à une augmentation de la durée des intervalles, et la sensibilité à la présence d'une irrégularité dans une séquence régulière. Nous quantifions l'effet du nombre d'intervalles, du type de stimuli à travers différentes modalités sensorielles, et de la durée de rétention en mémoire des stimuli. La partie expérimentale de ce travail est précédée de la présentation d'une synthèse bibliographique et de certains modèles théoriques d'estimation du temps. Nous avons mené six séries d'expériences regroupées en trois thèmes. 1) dans les chapitres iv-v et vi, nous montrons, conformément aux prédictions du modèle d'observations multiples, que les seuils différentiels relatifs de tempo diminuent au fur et à mesure de l'ajout d'intervalles dans les séquences dans la limite d'une fenêtre temporelle (nombre d'intervalles critique). Ces observations sont généralisables à plusieurs taches : comparaison du tempo de deux séquences, détection d'irrégularités. Nous soulignons également l'influence de l'apprentissage lors du traitement des tempi rapides. 2) dans le chapitre vii, nous approfondissons le rôle de la mémoire en déterminant, pour des sujets "novices" et entraines, les registres de mémoire sensoriels, à court terme et à long terme impliques lors de la comparaison des intervalles auditifs. 3) dans les chapitres viii et ix, nous généralisons l'hypothèse du support mnésique pour la comparaison des intervalles à la modalité visuelle. Un processus supramodal ou une horloge interne complexe serait responsable du traitement des intervalles temporels. Nous étudions également le bruit apparent de cette horloge interne au travers de taches de production. Enfin, nous confrontons nos résultats expérimentaux aux prédictions des modèles théoriques, et nous proposons un modèle composite s'inspirant des avantages des différents modèles. Les observations multiples des premiers intervalles d'une séquence, dans la limite d'une fenêtre temporelle, permettent l'encodage d'une trace mnésique en mémoire à court terme. Par renforcement, cette trace mnésique peut être transférée en mémoire à long terme et sert alors de support à la perception temporelle. Les similitudes entre les performances issues de la modalité visuelle et auditive suggèrent un traitement supramodal des intervalles temporels.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (307-9-9 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 9 f.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Cognition, langues, langage, ergonomie. Équipe de recherche en syntaxe et sémantique. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2379
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.