Le nombre dans Délie de Maurice Scève

par Vân Dung Le Flanchec

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Mireille Huchon.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Etudier le "nombre" dans Délie, c'est choisir, pour tenter d'accéder à cette œuvre, un concept problématique en rhétorique française. L'emprunt de ce concept à la rhétorique cicéronienne a stimulé une réflexion sur le vers français. La langue ignorant les alternances de quantité inhérentes au nombre latin, le transfert direct est impossible. Reprenant l'argumentation de Cicéron dans l'Orator, les théoriciens du XVIe siècle montrent que le pied métrique n'est qu'une réalisation concrète de l'idée fondamentale de nombre, dont ils identifient les composantes dans la poésie française. La rhétorique Françoise de Fouquelin, d'inspiration ramiste, reflète cette nouvelle conception du nombre, distincte de l'idée moderne de rythme, et qui allie à l'exigence de la mesure le gout de la sonorité des mots. Ses remaniements définitionnels font de la répétition la figure du nombre par excellence, révélant ainsi l'importance de l'accent d'insistance et d'un rythme oratoire aboutissant à une valorisation de chaque lexie, et renouant occasionnellement avec l'ancienne accentuation de mot. L'étude des figures de diction répertoriées par Fouquelin met en évidence, dans Délie, le dynamisme structurant et la pulsation d'une parole dominant la cadence métrique : les mots répétés forment avec les allitérations et les assonances des lignes mélodiques complémentaires, sémantiquement aimantées, porteuses de leur propre signifiance. Peut-être issu de l'art ferme des troubadours, le "nombre" de Scève se rapproche du "rythme du sujet" d'Henri Meschonnic.

  • Titre traduit

    Numerus in Maurice Scève s' Délie


  • Résumé

    My purpose is to deal with Scève's "numerus" in Délie, though this is a problematical question in French rhetoric. As there is no vowel gradation in French, the French sixteenth century theoricians put forward the existence of essential components of the ancient Greek "rythmos" in French verse : measure and euphony. So there comes into view a new concept of "numerus" particular to the French sixteenth century : the repetition becomes the main figure in Fouquelin's ramist rhétorique française. This reveals the importance of emphatic stress and, as a result, of each word, like in early old French. Scève's Délie confirms my statement concerning Fouquelin's rhetoric. Besides, the poet matches repeated words, alliterations and assonances conveying their own meaning through the whole "dizain". Perhaps born from the ancient "trobar clus", Scève's "numerus" draws near to what Henri Meschonnic calls "individual rhythm".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 337 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 113 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4298

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2324
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.