Les Carmina Figurata de Publilius Optatianus Porfyrius : la métamorphose d'un genre et l'invention d'une poésie liturgique impériale sous Constantin

par Marie-Odile Bruhat

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Jacques Fontaine.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Optatianus Porfyrius renouvelle le genre du poème figure alexandrin (technopaegnia). Ses poèmes carres font apparaitre, grâce à d'ingénieux versus intexti, un dessin intérieur : figures géométriques, inscriptions, figures emblématiques. Cette poésie figurée emprunte au domaine de l'épigraphie (jeux sur les dispositions de lettres et acrostiches), des arts décoratifs (motifs empruntes aux mosaïques) et des mathématiques (combinatoire et multiplication des possibilités de lecture). Pour décrire sa technique, le poète recourt au vocabulaire du tissage. Ses poèmes illustrent visuellement la conception du texte comme résultat d'un entrelacement. La métaphore du tissage appelle aussi la comparaison avec des étoffes brodées : le texte-tissu devient l'image de la toga picta du vainqueur. Composés dans les années 320-326, les Carmina d'Optatien accompagnent la marche de Constantin vers un pouvoir unique, dynastique et chrétien. La confrontation avec les monnaies révèle l'attention de l'auteur à l'actualité de la propagande impériale. Son éloge témoigne ainsi de la christianisation du pouvoir, à un moment où celui-ci garde des affinités avec la théologie solaire. Optatien développe particulièrement le thème de la lumière, qu'il met au service de l'idée dynastique en célébrant la gloria constantinienne. La poésie d'Optatien s'apparente à l'esthétique du bas-empire par son goût pour l'abstraction, le signe, et le stéréotype. Les vœux lies au renouvellement du charisme impérial confèrent une fonction liturgique aux carmina, susceptibles d'être associés aux grandes fêtes impériales.

  • Titre traduit

    Publilius Optatianus Porfyrius' Carmina Figurata : the metamorphosis of a genre and the creation of liturgical imperial poetry for Constantine


  • Résumé

    Optatianus Porfyrius transcended the Alexandrian figurated poem (technopaegnia). His square-like poems display internal pictures drawn by clever versus intexti : geometrical patterns, dedications, emblems. This poetry combines influences from epigraphy (characters placement, acrostiches), ornamental arts (mosaic patterns) and mathematics (combinatorics of reading paths and word permutations). To describe his art the poet uses the vocabulary of weaving. His works illustrate graphically this idea of the text as an intertwining. The weaving metaphor reminds of the embroidery: the text/fabric becomes the equivalent of the toga picta of the conqueror. Composed in the period 320-326, Optatianus' Carmina follow emperor Constantine steps toward a monarchic, dynastic and Christian rule. A parallel study of contemporary coins shows how Optatianus carefully exploits the evolution of the imperial propaganda. His praise give evidence of the Christianization of the executive power, precisely when it keeps connections with the cult of sol. Optatianus also emphasizes the theme of the light, with the purpose to celebrate the constantinian gloria. Optatianus poetry bears traits of the esthetics of the roman 4th century a. D. : a taste for abstraction, symbols and clichés. The vows associated to the renewal of the emperor's charisma give to the Carmina a liturgic value in harmony with the spirit of the main imperial celebrations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 505 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 138 ref.

Où se trouve cette thèse ?