Milet des hecatomnides a l'amitie romaine pratiques monetaires et histoire de la cite

par MARIE CHRISTINE MARCELLESI

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de OLIVIER PICARD.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les inscriptions de milet, en particulier les inventaires ou les monnaies sont utilisees pour peser les offrandes, apportent des informations sur les pratiques monetaires de la cite, qui completent celles fournies par le monnayage lui-meme et les tresors. Les monnaies a types civiques du ive siecle sont appelees "symmachiques", par reference a l'alliance, au sein de l'etat achemenide, avec les hecatomnides. De 325 a 275, milet frappe monnaie aux types et au nom de souverains vivants, alexandre iii, philippe iii arrhidee, alexandre iv, demetrios poliorcete. Cependant, elle obtient de ptolemee ier le droit d'interrompre la frappe des alexandres, puis de lysimaque le privilege de ne pas frapper monnaie a son nom, mais d'emettre des alexandres, devenus une monnaie internationale. Le monnayagecivique reprend vers le milieu du iiie siecle, sans que l'on puisse savoir si la reprise se fait sous domination lagide ou seleucide. Le systeme des denominations est le meme qu'au ive siecle, comme le montrent les inscriptions, mais les monnaies sont frappees selon un nouvel etalon, appele persique par les numismates, "milesien" dans les inscriptions de milet. Il est adopte a la meme epoque par de nombreuses cites d'ionie, ou il constitue l'etalon local. Parallelement, milet frappe des alexandres puis, apres le traite d'apamee (188), des tetradrachmes et des stateres a types civiques d'etalon attique, qui lui servent pour les paiements exterieurs, notamment en direction du royaume seleucide, comme le prouve l'etude de la circulation monetaire. Enfin, la cite est amenee a utiliser des monnaies rhodiennes et a en frapper des imitations, car la monnaie de rhodes constitue une monnaie commune a l'echelle regionale, en ionie, en carie et dans le bassin egeen, pour les paiements entre cites voisines.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 517 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 490 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mfiche 223/2334
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.