La question de l'Autre dans le roman haïtien contemporain

par Yves Chemla

Thèse de doctorat en Études africaines

Sous la direction de Jacques Chevrier.

Soutenue en 1999

à Paris 4 .


  • Résumé

    L'espace décrit par le roman haïtien présente depuis Gouverneurs de la rosée un paradoxe de taille : si les mouvements indigénistes en avait appelé à un ressourcement littéraire par une inscription plus décisive du terroir dans l'espace littéraire, ce ressourcement témoigne d'une inscription chaque jour plus difficile, puisque ce terroir lui-même disparait, aussi bien dans ses aspects humains que dans celui de la description des lieux et des paysages. Prenant en compte cette catastrophe, les fictions étudiées témoignent en diachronie du mouvement des paysans vers des terres plus cultivables, puis, peu à peu vers le bourg, puis la ville, avant que la fuite hors d'Haïti ne revête un caractère irrésistible. Ce mouvement s'inscrit à l'intérieur d'un système d'identifications et de désignations des personnages particulièrement complexe : ceux-ci se reconnaissent à partir d'un lignage, d'une origine géographique, de phénotypes, de particularités sociales, de leur classe d’âge, et de leur nationalité. Les variations possibles de chacun de ces paramètres, notamment celui des phénotypes, fondent des différences où les narrateurs et les descripteurs trouvent matière à analyse. Un des ressorts narratifs courant consiste alors à confronter l'assignation de l'autre avec la critique de celle-ci, comme si à l'hétéro-assignation répondait une homo-assignation prenant le contrepied de la désignation par l'autre. Dans ces conditions, des questions lourdes de sens comme celles des conditions de lecture, des a priori idéologiques, notamment celui du préjugé, et des effets de résonnances, d'échos par rapport à d'autres littératures ne peuvent pas être considérées comme des évidences dénuées d'importance. Si d'une part, pour des raisons méthodologiques, il convient de constituer cet espace littéraire comme un en-soi tissant ses propres relations idéologiques, historiques et textuelles, la question de la motivation de l'intérêt du lecteur pour cette littérature, d'autre part, ne saurait être passée sous silence : la lecture du roman haïtien provoque un étrange décalage fondé à la fois sur le sentiment d'altérité de cette littérature, et celui d'une reconnaissance de la part la plus inavouée de ce lecteur, constituée de la face ténébreuse des idéologies et des cultures occidentales.

  • Titre traduit

    The question of the other in the contemporary Haitian novel


  • Résumé

    Since the publication of Gouverneurs de la rosée, the Haitian novel has presented a major paradox. The indigenist movements sought a literary revival by having the land play a more dominant role in literature. Yet day by day this became more difficult, both in its human aspects and in the descriptions of places and landscapes, since the land itself was disappearing. Reflecting this disaster, the pieces of fiction studied testify diachronically to the movement of the peasants toward more cultivable lands, then little by little to the villages and onward to the cities. Until, at last, the flight from Haiti became ineluctable. This movement fits into a particularly complex system of identification and designation of persons, based upon lineage, birthplace, phenotypes, social particularities, age group and nationality. The possible variations in each of these parameters, notably the phenotypes, define the differences that provide analytical materials for the narrators and describers. One of the common narrative initiatives consists of comparing the assignation of the other with its criticism, as if a homo-assignation responded to a hetero-assignation by taking the opposite view. Therefore, major questions such as the conditions under which a book was read and the ideological a priori, especially the prejudices and the effect of resonances, of echoes of other literature, must be taken into account. If, for methodological reasons, it is possible to constitute this literary area as a thing in itself, weaving its own ideological, historical and textual relations, the question of the reader's interest in this literature must not be ignored. Reading a Haitian novel provokes a strange culture warp, based simultaneously on the sense of otherness in this literature and recognition of that least avowed part of the reader: the dark side of occidental cultures and ideologies.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par Ibis Rouge éditions à Paris, Guadeloupe, Guyane

La question de l'Autre dans le roman hai͏̈tien contemporain


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (571 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 341 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 4297 (1-2)
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 2316
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2003 par Ibis Rouge éditions à Paris, Guadeloupe, Guyane

Informations

  • Sous le titre : La question de l'Autre dans le roman hai͏̈tien contemporain
  • Détails : 1 vol. (270 p.)
  • ISBN : 2-84450-175-3
  • Annexes : Bibliogr. p. 255-267. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.