Georges Henri Pingusson, architecte (1894-1978) : l'architecte comme "transcendance poétique du concret", ou l'impossible doctrine

par Simon Texier

Thèse de doctorat en Art et archéologie

Sous la direction de Bruno Foucart.

Soutenue en 1998

à Paris 4 .


  • Résumé

    Ce travail entend donner à la fois une vision exhaustive de l'œuvre de Georges Henri Pingusson, et resituer l'architecte dans son siècle. Après quelques réalisations de style néo-régional, il devient l'un des principaux acteurs du mouvement moderne français, jusqu'à sa mort en 1978. Notre analyse a pour but d'évaluer l'originalité du discours et des projets de Pingusson, de mesurer, à travers des comparaisons multiples, l'impact de figures telles que Perret et le Corbusier sur leurs cadets. A travers deux bâtiments exceptionnels (l'hôtel latitude 43 à Saint-Tropez, 1932, et le Mémorial des martyrs de la déportation à Paris, 1961), Pingusson montre son ambition de se détacher de tous les courants dominants. Ses multiples échecs, au cours d'une carrière longue de plus de cinquante ans, prouvent dans le même temps son incapacité à accepter les règles du processus de création et de production architecturales. C'est alors autour de la notion de doctrine que porte notre démonstration. Considérée comme une prise de position face au projet, l'entreprise préalable à une conquête du pouvoir, la construction d'une vérité, la doctrine est-elle compatible avec une conception purement poétique de l'architecture, ce que Pingusson nomme une « transcendance poétique du concret » ? Hostile à toute doctrine, mais toujours à la recherche de sa définition, Pingusson entreprend un incessant travail sur l'espace, c'est-à-dire sur l'indicible. C'est en ce sens que son parcours demeure discret et original.

  • Titre traduit

    Georges Henri Pingusson, architecte (1894-1978) : architect as "poetic transcendance of the concrete", or the impossible doctrine


  • Résumé

    This work intends both to give an exhaustive overview of the oeuvre of Georges-Henri Pingusson, and to resituate the architect in his century. After a few neo-regionalist works, he became one of the foremost architects of the French modem movement, until his death in 1978. Our analysis aims to evaluate the originality of the discourse and the projects of Pingusson, and to measure, through numerous comparisons, the impact of such figures as Perret and le Corbusier on the younger generation. Through two exceptional buildings (Latitude 43 in Saint-Tropez, 1932, and the Memorial to the martyrs of the deportation in Paris, 1961), Pingusson demonstrated his ambition to separate himself from all the dominant currents. His numerous failures, during a career that lasted over fifty years, prove at the same time his incapacity to accept the rules of the creative process and of architectural production. Our demonstration turns then to the notion of doctrine. Considered as a position adopted with respect to the project, an undertaking that precedes a conquest of power, the construction of a truth, is a doctrine compatible with a purely poetic conception of architecture, that which Pingusson called “the poetic transcendence of the concrete” ? Hostile to all doctrines, but ever searching to define one, Pingusson undertook an unceasing work on space, which is to say on the ineffable. It is in this sense that his itinerary remains discreet and original.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Verdier à [Lagrasse]

Georges-Henri Pingusson, architecte, 1894-1978 : la poétique pour doctrine


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 837 p.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 450 ref.

Où se trouve cette thèse ?